Tag Archives: vegan

Taboule cru chou-fleur

Taboulé cru au chou-fleur et brocolis {100% végétal}

Je préparais récemment un taboulé cru 100% végétal et j’étais persuadée que j’en avais posté la recette ici depuis belle lurette (si on dit encore belle lurette en 2017, pardi !) or je réalise qu’elle est restée dans les brouillons ! Je corrige ce retard avec la dernière  version de mon taboulé 100% végétal et 100% cru que vous connaissez déjà certainement : à base de chou-fleur et de brocolis crus !

Taboule cru chou-fleur

Le chou-fleur et le brocolis finement mixés remplacent la semoule en apportant ce côté croquant, fondant avec plus de fraîcheur que dans le taboulé “classique”.

Pour une version sans gluten du taboulé qui fait traditionnellement la joie des pique-niques de saison, cette recette 100% végétale est à tester absolument au moins une fois !

Taboule cru chou-fleur

Souvent, je propose un blind-test et avec cette recette de taboulé végétal, rares sont ceux qui décèlent le goût du chou-fleur ou alors après plusieurs fourchettes et en se concentrant !

Et vous, envie de goûter ? Vous connaissez déjà sans doute ?

INGRÉDIENTS
300 gr de fleurettes de Chou-fleur
300 gr de fleurettes de Brocolis
Tomates cerises rouges, oranges, et jaunes
Concombre
Jus d’un citron bio
Huile d’olive bio 1ère pression à froid
Sel, poivre
1 bouquet de persil plat et de menthe

USTENSILES
Robot-coupe de type Magimix pour moi
Couteau d’office
Planche à découper
Saladier
Grande cuillère
Verre
Ciseaux de cuisine
Torchon

PRÉPARATION

Détacher les fleurettes de chou-fleur et de brocolis, les laver et les essuyer. Les couper en morceaux et les mixer à l’aide du robot-coupe jusqu’à obtenir une texture de semoule.

Laver et ciseler finement la menthe et le persil plat.

Laver et couper en petits dés le concombre et les tomates.

Dans un saladier mélanger l’huile d’olive, le jus de citron, le sel et le poivre, les morceaux de tomates, concombre et les fines herbes. Mélanger le tout et réserver au frais jusqu’au moment de déguster.

Tartelette vegan fraise

Tartelette vegan aux fraises et agrumes {healthy et gourmand}

Quand revient la saison des fraises, vous pouvez me voir sautiller voire piaffer d’impatience en attendant, attendant, attendant le mois de Mai et les bonnes fraises françaises ! J’évite les fraises aux pesticides qui viennent de pays connus pour leur propension à cultiver les fruits et légumes à grands renfort de produits chimiques en trop grande quantité. Cela nécessite un peu de patience, mais au moins elles ont du goût et sont meilleures à tout point de vue. C’est comme les tomates qui ont le goût d’eau en hiver, normal, vue qu’en hiver ce n’est pas la saison des tomates ! CQFD

Nous voici donc arrivés au joli mois de Mai et je peux m’adonner à ma cure annuelle de fraises ! Le bonheur et l’extase ne sont pas loin (je vous rassure j’ai d’autres sources de bonheur et d’extase tout au long de l’année car vous me direz la saison des fraises n’est pas bien longue…c’est f-gentil à vous de vous inquiétez de mon bien-être) !

Une de mes gourmandises et recette préférée avec des fraises a toujours été la tarte aux fraises ! Cette petite tarte individuelle qui permet de s’adonner à mon péché mignon en croquant dedans, ce qui pour moi accroît le plaisir gustatif (hehe le nom de ce blog n’est pas un hasard) !
Cette année, je me suis lancée dans une version saine 100% vegan. Après plusieurs essais j’ai opté pour une association amande-agrumes qui donne un résultat à la fois doux et acidulé.

Tartelette vegan fraise

Je suis ravie de cette tartelette vegan aux fraises qui a emporté un vif succès. C’est bien simple, ces tartelettes ont été englouties en 2 minutes chrono, ponctuées de “Hummm, délichieux !!”

Ce qui provoque toujours chez moi une large sourire en forme de banane quand une recette saine ravit tous les gourmands !

Tartelette vegan fraise

Cette tartelette vegan monte d’ailleurs sur le podium de mes recettes gourmandes et saines préférées ! Vous vous demandez ce que ça donne une tartelette vegan ? Et bien le meilleur moyen c’est encore de la goûter !

INGRÉDIENTS

Pâte à tarte vegan
180 gr de farine de grand Epeautre bio
3 CS de purée d’amandes complètes Ethiquable
3 CS de sucre complet bio Ethiquable
1 CS de poudre d’amandes
10 cl d’eau
3 CS d’huile végétale bio
1 orange bio

Garniture
40 cl de crème de coco
3 CS de sirop d’agave en poudre (en magasin bio)
1 gousse de vanille
Fraises
1 citron vert
Pistaches non salées

USTENSILES
Moule à tartelette à fond amovible (Pyrex pour moi)
Rouleau à pâtisserie
Saladier et batteur électrique ou robot pâtissier
Spatule
Râpe de type Microplan
Mortier
Couteau d’office
Balance de cuisine
Torchon

PRÉPARATION

Préchauffer le four à 175°C.

Laver l’orange et râper le zeste. Verser dans le saladier/bol du robot pâtissier la farine, le sucre, la poudre d’amandes et le zeste d’orange. Ajouter la purée d’amandes et l’eau. Ajuster la quantité d’eau pour obtenir une boule de pâte.

L’étaler avec le rouleau à pâtisserie et découper des cercles de la taille des moules à tartelettes. Foncer les moules à tartelettes de pâte et enfourner pour 12 à 15 minutes.

Placer le bol du robot pâtissier, le fouet et la crème de coco 1 à 2h à l’avance au réfrigérateur ou 20 minutes au congélateur.

Pendant ce temps, fendre la gousse de vanille en 2 et prélever la pulpe. Réserver.

Laver puis râper le citron vert. réserver le zeste. Ouvrir et concasser quelques pistaches. Réserver.

Laver et essuyer les fraises. Les couper en morceaux et réserver.

Battre la crème de coco bien froide dans le bol rafraîchi en montant progressivement la vitesse.

Garnir les fonds de tarte refroidis de la crème, puis recouvrir de fraises en rosaces, saupoudrer des zestes de citron vert et des éclats de pistaches.

Conserver la tartelette vegan au frais 2 jours maximum.

Tartelette vegan fraise

soupe petits pois menthe vegan

Soupe de printemps aux petits pois et à la menthe {vegan}

La soupe, vous l’aurez compris si vous êtes habitué(e) à vous promener par ici, fait réellement partie de mes habitudes alimentaires depuis longtemps et quelle que soit la saison. En même temps, ces dernières semaines, le soir j’avais plus envie d’une soupe chaude que d’une salade fraîche.

Et en fonction des saisons, on adapte les recettes aux légumes de saison bien sûr ! Je vous ai déjà servi l’association petits-pois menthe car c’est un mariage de parfums que j’affectionne particulièrement.  Alors pourquoi pas dans une soupe ?

soupe petits pois menthe vegan

C’est bien simple ces dernières semaines, dès que la température dégringolait, je préparais systématiquement une soupe aux petits pois et à la menthe ! C’était mon réconfort à moi face au ciel tout gris. En plus elle est très rassasiante. Surtout si on garde de côté quelques petits-pois pour ajouter de la mâche à cette soupe.

Je vous donne mon petit truc à moi : j’aime cette soupe avec du gomasio pour accentuer le croquant-gourmand !

soupe petits pois menthe vegan

INGREDIENTS

500 gr de petits pois bio
1 oignon
2 CS d’huile d’olive vierge 1ère pression à froid
Eau de Vichy Célestins
Gomasio (en magasin bio)
Menthe fraîche bio
Crème de soja semi-épaisse Bjorg pour moi

USTENSILES
Marmite
Mixer
Planche à découper
Couteau d’office

PRÉPARATION

Faire chauffer l’huile dans la marmite. Emincer et faire doucement dorer l’oignon.

Ajouter les petits-pois et les faire doucement revenir 5 à 10 minutes (si nous sommes en hiver et que vous avez opter pour des petits-pois surgelés, comptez 15 minutes).

Couvrir d’eau de Vichy Célestins et cuire à couvert 15 à 20 minutes. Lorsqu’ils sont cuits, prélever 1 CS de petits pois et réserver.

Laver et ciseler la menthe fraîche. Ajouter à la soupe avant de mixer.

Servir avec un nuage de crème de soja, les petits pois réservés et le gomasio.

soupe petits pois menthe vegan

Soupe à la patate douce, coco et poireaux {Spéciale sports d’hiver}

En cette saison de ski, je dédie cette recette de soupe de patate douce, carotte, coco et poireaux à tous ceux qui dévalent les pistes, à tous ceux qui en rêvent et à tous ceux …. à qui ça ne manque pas trop en fait !

Soupe poireaux coco patate douce
Pour ma part, j’ai une relation particulière aux sports d’hiver. Pour le bon côté, ils me rappellent les colonies de vacances d’hiver que je passais dans mon enfance et adolescence toujours avec la même bande de copains. J’aime l’ambiance nature, conviviale, sportive et terriblement dépaysante. J’aime les stations arborées et boisées, à taille humaine et plutôt sans voiture. J’aime l’esprit de bande de potes ou de famille car c’est un type de séjour que l’on partage forcément à plusieurs. J’aime ces pauses au soleil dans un transat que ce soit pour le déjeuner ou siroter une boisson chaude et ce contraste chaud-froid revigorant. J’aime l’ambiance boîte de nuit en plein air de certaines stations. J’aime les sapins enneigés, le silence (ou je sais ça peut paraitre paradoxal avec le son à fond des animations façon boîtes de nuit mais j’apprécie les 2…à des moments différents !) la luminosité, les odeurs, le bruit de la neige sous les pas, les feux de cheminée et les paysages à couper le souffle. J’aime la sensation de glisse et de liberté. Et skier entre les arbres dans les petits chemins en prenant le temps d’admirer la nature et se laisser glisser.

En revanche, j’ai vraiment besoin de voir l’horizon. Pour moi être au creux d’une vallée me donne un sentiment d’enfermement voire même de danger (je suis un peu claustrophobe sur les bords). Si en plus la station est bétonnée et les pistes justes d’immenses “boulevards” bondés c’est le pompon ! Je ne supporte pas la combo ski/chaussures qui pèsent une tonne quand en plus elles font souffrir mes tibias. Je ne suis pas assez bonne skieuse pour apprécier de skier dans le froid et sans visibilité et quand il neige… Je comprends bien que les professionnels du tourisme doivent “faire leur beurre” et que l’acheminement de tout produit ou denrée est plus coûteux, mais les prix exorbitants pratiqués m’ont longtemps fait fuir la semaine annuelle de ski bien trop onéreuse pour moi (qui préfère sans comparaison jouer les fourmis pour partir au soleil et à la mer) !

Cette année sans la disponibilité et le budget nécessaires pour des vacances en ce début d’année, la question des sports d’hiver ne s’est pas posée une demie seconde. Mais comme je regarde toujours le bon côté des choses, je suis un brin nostalgique de ce que j’apprécie le plus à la montagne. Alors pour “faire comme si” j’y étais, je me sers un bon mug de cette soupe fumante à la patate douce, carotte, poireaux et coco qui redonne des forces et est suffisamment rassasiante pour constituer à elle seule un repas du soir !

Soupe poireaux coco patate douce

INGRÉDIENTS
40 cl de crème de coco
2 patates douces
3 carottes
3 à 4 blancs de poireaux
1 oignon
Huile d’olive bio 1ère pression à froid
1 bouillon de légumes bio Bjorg pour moi sans huile de palme, sans additif glutamate et sans conservateur.
Poivre
Eau de Vichy Célestins

USTENSILES
Marmite
Mixeur plongeant ou blender à soupe
Couteau  d’office
Planche à découper
Passoire

PRÉPARATION

Eplucher et couper l’oignon en rondelles. Le faire dorer dans l’huile d’olive.

Couper le blanc de poireaux en tronçons et les rincer.

Eplucher les patates douces et les carottes les couper en cubes.

Ajouter les légumes dans la marmite et faire cuire à feu doux 10 à 15 minutes.

Recouvrir les légumes d’eau de Vichy Célestins, ajouter le bouillon. Faire cuire 20 à 30 minutes. Retire et mettre de côté quelques légumes.

Poivrer et ajouter la crème de coco avant de mixer. Servir bien chaud avec des morceaux de légumes pour ajouter “de la matière”.

veloute brocolis

Velouté de brocolis vegan {le retour de flamme de la Saint Valentin}

Le brocolis et moi, c’est une vieille histoire qui remonte loin et même très loin. Je me souviens de cette époque étudiante (loin, j’avais prévenu !) où je me régalais d’une escalope milanaise maison servie avec des tagliatelles fraîches et des brocolis vapeur. J’adorais ce plat (de fête pour mon budget de l’époque) et c’est vrai que l’association brocolis et pâtes est longtemps restée dans mes habitudes culinaires.

Et puis, comme ça, sans crier gare, sans qu’aucun grief ou mot plus haut que l’autre n’ait été prononcé d’une part ou de l’autre, un jour, le brocolis et moi c’était fini. Il n’y avait plus rien à faire, l’amour était mort, tout-tout-tout était fini entre nous. Point de réconciliation possible en vue, aucun conseiller conjugal n’aurait pu prolonger notre idylle. C’était mort de chez mort.
Juste un dégoût pour l’odeur et ne serait-ce même qu’à l’évocation du nom de ce pauvre petit frisé verdoyant que j’ai du coup délaissé pendant des années sans même me retourner. Je l’ai bien vu me faire de l’oeil dans l’étal de mon maraîcher et au marché mais franchement mon coeur restait de marbre. J’avais oublié jusqu’aux souvenirs des bons moments partagés ensemble. Je regardais devant moi, laissant le passé au passé.

Et pourtant, alors que je m’y attendais le moins, et que je ne pensais plus jamais à lui, tout d’un coup le désir est revenu – et le plaisir aussi ! Peut-être parce que comme le dit ce bon vieux Francis C. : “quand j’aime une fois, j’aime pour toujours” ? Si dans l’amour il y a souvent parfois du désamour, il y a pourtant dans d’improbables cas quasi désespérés, un retour possible (personnellement je préfère et mise quand même plus sur le retour de flamme pour un légume que pour un ex).

Me voici donc de nouveau en amour pour ce légume de la famille des crucifères, riche en vitamines C, à l’indice glycémique faible, dont les propriétés anti oxydantes lui confèrent des atouts préventifs des maladies cardio-vasculaires, chroniques ou des cancers (mais pourquoi m’être privée de tant de bienfaits pendant toutes ces années, franchement ?!!).

Il faut quand même que je vous dise que c’est une recette en particulier qui m’a réconciliée avec le brocolis : celle d’un velouté vegan, revelé avec de la coriandre !

veloute brocolis

La douceur de ce velouté n’est pas sans rappeler la soupe de courgettes pour celles et ceux qui sont adeptes de cette recette familiale dont le velouté doit beaucoup à ce fameux fromage fondu que l’on ajoute à la fin et que j’ai végétalisée dans une version vegan et rafraîchissante ici.

Pourtant vous me direz que si je compare le brocolis avec la courgette c’est un peu comme j’appelais mon mari, du prénom de mon amant ! C’est aussi embarrassant que cocasse mais ça fleure quand même bien la scène de ménage et la vaisselle cassée ! Je vous rassure je n’ai ni mari ni amant (je tiens trop à ma vaisselle !) mais dans mon subconscient et dans cette histoire j’ai peut-être longtemps “trompé” inconsciemment le brocolis avec la courgette et maintenant que tout le monde est réconcilié, nous sommes tous … de très bons et vieux amis (n’imaginez rien de scabreux entre ma soupière, le brocolis et la courgette, bande de lubriques des fourneaux !).

Et pour assouvir néanmoins votre curiosité je vous livre LA recette de la réconciliation  !

INGRÉDIENTS
1 brocolis
Lait de soja (ou lait végétal) non sucré
1 oignon
2 CS d’huile d’olive
Crème de soja semi-épais
Coriandre en poudre
Sel, poivre
Bouillon de légumes bio sans huile de palme et sans additif glutamate comme le bouillon cube Bjorg par exemple
Coriandre fraîche
Amandes

USTENSILES
Marmite
Couteau d’office
Planche à découper
Robot mixeur plongeant (ou blender à soupe)
Passoire
Mortier
Louche
Spatule

PRÉPARATION

Couper les bouquets de brocolis et les rincer.

Emincer l’oignon et le faire dorer dans l’huile d’olive.

Ajouter les têtes de brocolis et les faire cuire 5 minutes.

Couvrir de lait végétal, ajouter les aromates, le bouillon de légumes et laisser cuire 15 minutes à feu doux.

Concasser les amandes. Laver et essuyer la coriandre fraîche.

Mixer et servir chaud en nappant de crème de soja et en décorant de feuilles de coriandre et d’amandes concassées.

Joyeuse Saint-Valentin à toutes et à tous, que vous soyez en couple avec un brocolis, amoureux d’une courgette ou….seul(e) avec votre soupe !