Cure détox / Cabot Lifestyle

La Détox du Sucre – Partie 2 : Conseils et astuces pour réduire sa consommation de sucre

Vous voilà informés et plus motivés que jamais à réduire le sucre de votre alimentation ! Ce que je vous propose, c’est une détox du sucre progressive pendant 21 jours, pour se déshabituer petit à petit du goût sucré, avec 10 conseils clés sur lesquels vous pourrez vous appuyer, même si vous êtes allergique à toute idée de cure de détox. Vous pourrez ainsi piocher des idées et astuces qui vous aideront maintenant et sur le long terme.

Sur ces 21 jours de cure, je vous invite à réduire en douceur chaque jour au cours de la première semaine la quantité de sucre, en identifiant et traquant le sucre dans vos repas et boissons tout au long de la journée, qu’il s’agisse des sucres visibles ou cachés. En semaine 2, on élimine tous les sucres (oui tous on a dit, sinon ce n’est plus une cure de détox) jusqu’à la fin de la semaine 3, où vous allez commencer à ressentir les bienfaits et inscrire dans votre mémoire et dans votre corps de nouvelles habitudes.

Il se peut bien qu’à l’issue de cette cure, si vous regoûtez un aliment sucré dont vous étiez friand avant votre cure, vous le trouviez dorénavant trop sucré ! Si vous jouez le jeu, vous allez voir des effets assez rapidement et ça vous donnera certainement envie de continuer à lever le pied sur le sucre.

Si éliminer le sucre pendant 21 jours, c’est difficile et long à tenir au regard votre vie personnelle, sociale ou professionnelle, je vous propose déjà de l’adapter sur 9 jours en 3 fois 3 jours. Ce sera plus facile à caler, surtout si vous êtes le ou la seul(e) à la maison à suivre cette cure et que vous devez notamment cuisiner pour vos enfants. L’important est de débusquer le sucre dans vos habitudes alimentaires, décrocher et prendre de nouvelles habitudes durables et bénéfiques à long terme.

Alors, vous êtes prêts et motivés à vous faire du bien ? Dans ce cas, GO, sus au sucre !

 

1 – On commence par réduire puis supprimer les sucres visibles

Les sucres très facilement visibles sont :

  • le sucre (blanc ou complet, même combat) ;
  • les viennoiseries ;
  • la pâte à tartiner et la confiture ;
  • le jus de fruits du petit-déjeuner (un faux-ami) ;
  • les « céréales » du petit-déjeuner (les paquets de céréales industrielles sont souvent des pétales de maïs enrobés de sucre, même ceux qui affichent une promesse « light ») ;
  • les gâteaux ;
  • les glaces ;
  • le chocolat ;
  • les barres de céréales (une barre de céréales contient plus de sucre qu’une tablette de chocolat) ;
  • la brioche ;
  • les galettes de riz ;
  • le pop-corn ;
  • les gaufres et les crêpes ;
  • le miel ;
  • le sirop d’érable ;
  • le sirop d’agave ;
  • les biscuits ;
  • le soda (jusqu’à 40 gr de sucre par canette !).

Si tout arrêter d’un coup vous paraît insurmontable, je vous propose de réduire un peu chaque jour en divisant par 3 ou par 2 votre dose habituelle quotidienne. Et à répéter l’opération, le lendemain et ainsi de suite jusqu’à disparition du dernier gramme de sucre !

Par exemple, si vous avez l’habitude de sucrer votre café :

  • Le premier jour de la cure, coupez votre sucre en 2 ;
  • le deuxième jour, coupez votre demi-sucre en 2 ;
  • le troisième jour, divisez votre 1/4 de sucre encore en 2 (diviser du sucre en poudre ça sera plus facile !) ;
  • et ainsi de suite, jusqu’à ne plus sucrer du tout votre café.

Il y a encore trois ans, je sucrais mon thé au sirop d’agave. Progressivement, j’ai réduit les doses. Aujourd’hui, sucrer un thé ou une tisane me paraîtrait totalement saugrenu ! Il a d’ailleurs fallu que j’écrive ce conseil pour me souvenir qu’avant je sucrais mon thé. J’avais totalement oublié que j’avais eu un jour ce réflexe ! C’est dire si les mauvaises habitudes peuvent disparaître plus facilement qu’on ne le pense !

À partir de la semaine 2, vous aurez chassé tous les sucres visibles de votre assiette et de votre verre : bravo ! You did it ! C’est un énorme pas en avant vers votre bien-être !

 

2 – On débusque les sucres cachés

La face immergée de l’iceberg dans notre histoire, c’est que le sucre est partout, absolument partout dans notre alimentation moderne. Savez-vous que 74 % des aliments industriels transformés contiennent du sucre, y compris les aliments salés ?!

On trouve en effet beaucoup de sucre dans :

  • les plats industriels tout prêts, qui contiennent tous du sucre ajouté. Donc on les bannit, ni plus ni moins. On opte pour une cuisine maison à partir de produits de qualité. Si vous mangez à l’extérieur, optez pour la simplicité : une viande ou un poisson sans sauce industrielle (les cantines/restaurateurs utilisent souvent des sauces et bouillons tout prêts… contenant du sucre), mais cuisiné avec du bon gras (de l’huile d’olive par exemple). Surveillez les étiquettes des produits que vous achetez : s’ils contiennent plus de 20 à 30% de sucres/glucides, reposez-les en rayon !
  • Les produits à base de farine raffinée, c’est-à-dire les farines blanches qui sont également des glucides piégeux : le pain blanc sous toutes ses formes (baguette, pain de mie, bagels, biscottes), les pâtes, les pizzas, la semoule et aussi le riz blanc (qui n’est pas préparé à base de farine blanche, mais a les mêmes effets sur la glycémie). Pendant la cure, on les élimine totalement, car leur indice glycémique élevé entraîne la production d’insuline dont je vous expliquais le process ici.

Sur la liste des indices glycémiques les plus élevés, on trouve également entre autres : les chips, les pommes de terre (sous toutes ses formes), le maïs. Pour vérifier l’indice glycémique d’un aliment, le site de la méthode Montignac, vous renseigne en fonction du mode de préparation de l’aliment (frais, en compote ou en jus, son indice varie).

On remplace donc toutes les farines blanches par des céréales complètes non raffinées : pain complet ou intégral, pâtes complètes ou à base d’épeautre, riz complet ou demi-complet (vous trouverez un large choix de tous ces produits en magasin bio), du quinoa. C’est une nouvelle habitude que je vous invite à garder après la cure.

On élimine également :

  • Le jambon industriel, le ketchup (savez-vous qu’il contient 4 grammes de sucre par cuillère à soupe ?), la sauce barbecue et la sauce tomate industrielle, qui sont bourrés de sucre. On prépare sa sauce tomate maison et pour équilibrer l’acidité on ajoute une pincée de bicarbonate alimentaire (au lieu de la cuillère de sucre que suggèrent souvent les recettes de sauce tomates maison).
  • L’alcool (vin, cocktail, bière) contient des teneurs en sucre élevées, il est donc banni pendant la cure de détox du sucre. Je sais, c’est triste, mais sans alcool, la cure est plus folle (allez, on s’accroche, là aussi on se déshabitue plus rapidement qu’on y pense) ! Optez pour un jus de tomates, une eau pétillante avec une rondelle de citron et une branche de menthe pour lui donner un air de cocktail. Voire un délicieux Virgin Mojito sans sucre.

virgin mojito

  • On stoppe évidemment les boissons industrielles, bonbons, yaourts dits allégés (qui contiennent l’équivalent de 2 à 3 carrés de sucre par pot) ou chewing-gum à l’aspartame qui entretiennent la dépendance au goût sucré.
  • Bye-bye les plats dits « allégés » que l’on trouve en supermarché : certains yaourts dits allégés contiennent plus de sucre qu’une crème glacée standard ! Les plats cuisinés dits light contiennent globalement plus de sucre que leurs homologues « classiques ». Car le gras qui a été réduit (ce qui est une hérésie) a été remplacé par du sucre. C’est ce que l’on appelle une arnaque marketing ou une F.B.I (= Fausse Bonne Idée).
  • On réduit également les produits laitiers drastiquement (0 à 2 par jour pendant et après la cure), car le lactose contenu dans le lait de vache n’est ni plus ni moins qu’un sucre. On les choisit bio et sans sucre ajouté (si ce sont des yaourts). Si vous avez déjà remplacé le lait de vache par des laits végétaux, je vous invite à regarder les étiquettes et à être vigilant sur le taux de glucides. Le top étant de pouvoir préparer ses laits végétaux soi-même (si on en a le temps et un excellent blender pour le faire bien entendu). Sinon choisissez les laits végétaux bios, sans sucres ajoutés et à la teneur en glucides la plus basse.

Ici aussi, on y va progressivement, mais sûrement : vous diminuez les doses chaque jour de la première semaine. Vous attaquerez la semaine 2 en ayant éliminé les glucides, tous les glucides : les visibles et les cachés et même les invisibles !

 

3 – On se méfie des fruits

En règle générale, on ne dépasse pas la dose de 2 à 3 fruits frais grand max par jour, et on les mange toujours en dehors des repas. Certains diététiciens conseillent même de les éliminer totalement dans ce genre de cure. Pour moi, j’avoue, plusieurs jours sans fruit c’est hard-core. J’arrive à m’en passer certains jours, mais pas tous les jours pendant trois semaines. Du coup, je réduis à maximum 1 par jour. Si vous arrivez à passer à zéro pendant la cure, bravo, mais personnellement je trouve que c’est la plus grosse difficulté de la cure (avec le chocolat).

On mange des fruits en dehors des repas, car leur digestion longue entraîne une fermentation qui nuit à la digestion de votre « bol alimentaire » (contenu de votre repas quand il arrive dans votre estomac) si vous les prenez en dessert à la fin du repas. Ce qui allonge la durée de digestion, fatigue votre organisme, entraîne ballonnements et troubles digestifs.

Les fruits contiennent du sucre dit naturel, appelé fructose, dont il faut se méfier car en grande quantité, le fructose réduit la résistance immunitaire, provoque des carences en diminuant l’absorption des minéraux, impacte la fertilité, accélère le vieillissement. Je sais, c’est pas jojo ! On pense que manger beaucoup de fruits c’est naturel et sain. Mais au-delà de 2-3 par jour, on absorbe trop de fructose, donc là aussi on fait attention et on en consomme avec parcimonie. Du coup, on les choisit bios ou locaux (sans pesticide, c’est mieux) et de saison : tant qu’à en manger peu, autant déguster les meilleurs !

 

4 – Vive le gras ! 

Comme je le disais dans mon billet sur les bases de l’alimentation saine : on ne fait pas l’impasse sur le bon gras ! On n’a pas dit du foie gras ou de la graisse de canard étalée sur une baguette beurrée pendant votre cure de détox, bien tenté, mais non ! On fait plutôt la part belle aux omégas 6 et 3.

L’huile d’olive, l’huile de coco ou le ghee appelé aussi beurre clarifié (pour remplacer le beurre cuit), l’huile de colza bio dans la vinaigrette et du tofu soyeux dans vos préparations (pour remplacer la crème fraîche) deviennent vos meilleurs amis pendant la détox du sucre (et même après en fait).

On peut garder une lichette de beurre cru et bio sur une tartine de pain complet par exemple ou sur vos haricots verts. Je sais c’est limite décadent !

 

5 – On débusque le piège marketing «sans sucre ajoutés»

Comme pour les produits dits « lights », c’est une vilaine arnaque #onnousprendpourdespigeons

Il signifie seulement qu’aucun sucre supplémentaire n’a été ajouté au sucre déjà présent dans le plat/aliment. Cela ne signifie pas que ce plat/aliment est pauvre en sucre ! Et PAF, un piège évité, un !

 

6 – On passe au petit-déjeuner salé

Il va sans dire qu’on ne fait l’impasse sur aucun repas. On le rabâche à l’envi : le petit-déjeuner, c’est super important ! Là aussi si cela vous intéresse, je vous ai détaillé ça dans ce billet.

Le matin, privilégiez le gras et les protéines : fromage (bio et au lait cru de préférence), œuf, jambon (bio ou artisanal, à la coupe, le moins rose possible chez un charcutier de métier qui sélectionne la qualité et connait la provenance de ses produits), poisson, avocat (maxi 1/2 par jour et pas tous les jours pour être éco-responsable svp).

Tartines à l'avocat sans gluten

Vous aurez ainsi beaucoup plus d‘énergie qu’avec un petit-déjeuner sucré et éviterez le coup de pompe de 11h (qui finit souvent devant le distributeur de cochonneries sucreries). Vous le ressentirez aussi très rapidement en termes de confort digestif.

Pour ma part, j’ai constaté que je me sens mentalement plus forte, confiante et déterminée et avec un meilleur moral, les jours où j’ai pris un petit-déjeuner salé. C’est pas des salades ! Essayez et dites-moi si vous avez le même ressenti ?

Vous aurez deviné que du coup, avec un tel effet, me priver d’un petit-déjeuner sucré s’est avéré bien plus facile que je ne le pensais ! En plus, c’est facile et pratique à emporter avec soi ; si je pars en déplacement tôt le matin : un oeuf-dur, un morceau de fromage au lait cru (coupé en petits morceaux et bien emballés), sont faciles à transporter et à manger sur le pouce. La tendance salad breakfast qui est en train d’arriver, suit ces mêmes principes. Vous pouvez tout à fait ajouter une tomate-croque-au-sel à votre petit-déj’.

Je ne peux pas entendre que vous n’avez pas le temps le matin : croquer dans une tomate, un morceau de fromage ou un oeuf dur que vous aurez fait cuire la veille ne vous prendra pas beaucoup de temps !

Et le week-end, vous pouvez prendre le temps de vous préparer une petite salade salée avec vos protéines et du bon gras, comme ce buddha bowl par exemple.

houmous de lentilles corail

7 – Le midi, on se compose un déjeuner complet et équilibré

Constitué de protéines animales ou végétales (poisson, viande, œuf, tofu bio, légumineux et oléagineux), de légumes crus ET cuits (oui, les deux mon Capitaine !). Il est important de ne pas faire l’impasse sur les fibres des légumes qui, en bons alliés de votre appareil digestif, seront une grande aide pour faire le plein de minéraux et de vitamines pendant la détox du sucre.

Poke bowl
Comme on l’a vu plus haut, penfant la cure, on écarte les céréales blanches contenant des glucides. Néanmoins si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de pâtes, pain, tartes ou pizza, choisissez-les préparés avec des farines complètes exclusivement (type farine d’épeautre), bio et au levain. C’est mon conseil et il vaut pour après la cure aussi !

Comme on l’a vu plus haut, pendant la cure, on écarte les céréales blanches contenant des glucides. Néanmoins, si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de pâtes, de pain, tartes ou pizza, choisissez-les préparés avec des farines complètes exclusivement type farine d’épeautre), bio et au levain. C’est mon conseil et il vaut pour après la cure aussi !

On prend son déjeuner au calme (pas devant son ordi), en pleine conscience de chaque bouchée que l’on mâche longuement (le leitmotiv de tous les naturopathes que je rencontre : une looooongue mâche en bouche comme secret de satiété et digestion facilitées et donc de minceur !).

Le soir, c’est légumes à volonté, soyons-fous, c’est Open-Vegetables-Bar ! Crus ou cuits, en salade, au four, en soupe ! C’est orgie de légumes (oui je sais, je vous vends du rêve !).

On évite les protéines et les céréales le soir, même complètes. Votre organisme va se mettre au repos et les organes émonctoires vont progressivement se nettoyer entre la fin de soirée et le petit matin, il est donc recommandé de ne pas les surcharger.

Si vous avez une grosse faim, ajoutez des légumineuses ou du quinoa à votre salade composée comme ici.

salade quinoa pistache tofu

8 – Jamais de dessert à la fin du repas

(À chanter sur un air de « pas de woogy boogy » de notre Eddy national)

Bien entendu pas de dessert du tout pendant la cure, à aucun moment de la journée ! Jamais. Never. Même pas en rêve. Oublie (mais vas-tu lâcher cette chouquette j’te dis !).

En revanche, je ne saurais que trop vous conseiller de prendre un goûter, car c’est le meilleur moment pour digérer un fruit frais ou un bol de fromage blanc (ou un yaourt végétal), croquer dans une poignée d’amandes ou même des bâtons de crudités.

En ce moment au goûter, je croque des bâtons de carottes et des radis ! Et ne me dites pas que ce n’est pas pratique et que vous n’avez pas le temps de vous les préparer. Si vraiment, votre timing est serré pendant la cure, je suis sûre que vous trouverez une supérette de quartier qui vend des petits sachets de baby carottes et radis déjà lavés à croquer !

Je me souviens, enfant, avoir été surprise par l’habitude des amis normands de notre famille, qui prenaient vers 16h30 une « collation ». Je ne connaissais ni le nom, ni le concept ! La première fois, avec mes parents, nous avons fait les yeux ronds, mais rapidement nous avons adopté cette coutume normande. Tout d’abord, je trouvais ça génial de tous s’attabler joyeusement, grands et petits et de partager une collation salée. Il se trouve, en outre, que si vous prenez une collation, vous régulerez mieux votre glycémie et vos fringales. Cela vous évitera d’arriver totalement affamé(e) au dîner et de vous jetez frénétiquement sur tout ce qui vous tombera sous la main ou de trop manger. Ça vous sera plus facile de manger léger le soir et votre système digestif vous dira merci. Attention : la collation n’est pas un repas aussi dense que le déjeuner, ça reste léger et toujours sans sucre !

On est bien d’accord, en dehors de la cure de détox du sucre ET de façon exceptionnelle, faites-vous plaisir ! Dans ce cas, optez pour votre gâteau préféré et achetez-le chez un bon pâtissier, que dis-je, le meilleur pâtissier de votre ville/quartier.

L’avantage d’en manger peu c’est que vous pourrez vous payer ce gâteau un peu plus cher, car réalisé par un MOF (meilleur ouvrier de France) ou dans une Pâtisserie célèbre. Vous ne l’apprécierez que mieux. Mais ça, c’est en dehors de la cure on a dit !

Fraisier

Si vous suivez bien la cure, vous allez être surpris de redécouvrir des goûts et de les sentir avec plus d’intensité ; le sucre à toutes les sauces salées et sucrées, nuit à la délicatesse de nos papilles. Cette cure, c’est un peu aussi la promesse de l’empire des sens gustatifs redécouverts ! Si ce n’est pas une promesse alléchante ça ! Rien que pour ça, ça vaut le coup de tenter l’aventure, non ?

Et si vraiment vous n’en pouvez plus et tuiez pour du sucre, j’ai quelques astuces (surtout, n’étranglez pas votre voisin pour un morceau de chocolat svp, je ne voudrais pas être appelée à la barre comme incitatrice voire complice d’homicide !).

 

9 – On pallie sereinement aux fringales sucrées

Buvez suffisamment tout au long de la journée. On confond souvent la faim et la soif. Quand vous êtes pris d’une fringale, commencez déjà par boire un grand verre d’eau (au total 1,5 L par jour en dehors des thés, cafés, tisanes, etc.).

Si l’envie de sucre se fait trop pressante, j’ai un truc qui marche très bien sur moi : je bois une tisane aromatisée aux fruits (par exemple la Jolie tisane Fruitée bio saveur pêche, verveine, orange sanguine de terre d’Oc ou la tisane bio des Comptoirs Richard Sieste Royale aux Tuileries) en sucrant naturellement avec un abricot sec (mais on ne mange pas l’abricot quand la tasse est vide, bien tenté, mais non !) ou s’il fait chaud une eau détox : on fait tremper des fruits dans un litre d’eau.

Exemples de combinaison d’eau détox :

  • fraise + citron + menthe ;
  • Orange + myrtilles ;
  • Concombre + menthe.

Detox Water

J’ai d’ailleurs dans la rubrique Boisson de ce blog, plusieurs recettes de boissons maison, sans sucres ajoutés, gourmandes et faciles à préparer pour vous « soutenir » si vous sentez que vous allez craquer.

Tisane glacée detox

L’eau de coco en été et la tisane au chocolat (oui ça existe !) en hiver me sont toujours d’un grand secours en cas de crise de manque qui vire à la crise de panique ! Je vérifie qu’il s’agit d’eau de coco 100% naturelle, sans sucres ajoutés et bio.

Côté tisane fruitée, mes chouchous sont :

Comme ça fait un moment que j’ai réalisé que j’étais addict au sucre, j’ai eu le temps de tester et choisir mes tisanes fruitées préférées, c’est vraiment une habitude aidante que j’ai prise pour me faire passer l’envie de sucre tout en me régalant ! Et je continue à en chercher et déguster des nouvelles ! Et vous savez quoi ? Je me régale !

Quand je suis à la maison l’après-midi et que j’ai une grosse-grosse fringale, le greensmoothie est un excellent moyen de calmer ma faim et mon envie de sucre tout en faisant le plein de fibres ! Je suis calée et je n’ai pas faim avant le dîner ! Double effet Kiss-cool !

moothie kiwi pomme ananas

Pour aider votre organisme à vivre au mieux cette période de « sevrage », vous pouvez booster votre cure de détox du sucre avec des compléments alimentaires reconnus pour leurs vertus : le Chrome va vous aider à maintenir votre glycémie. Pendant la cure je prends des Granions de Chrome (Laboratoire des Granions) le matin à jeun. En dehors de la cure, si j’en ressens le besoin, en fin d’après-midi pour m’aider à passer le cap de la fringale sucrée du soir (c’est le soir qu’elle est la plus forte pour moi), je prends un comprimé de Gymnema sylvetris (AYur-Vana) dont je recommande toute la gamme basée sur les principes de l’Ayurvéda), ou de Chrome Picolinate (Sogar).

 

10 – On se relaxe !

On le sait, le goût sucré génère de la dopamine. En cas de baisse de moral, de mauvaise nouvelle, de sentiment d’impuissance, de solitude, de frustration ou de manque de confiance, tel le chien de Pavlov, nous errons comme une âme en peine jusqu’à atterrir devant le placard de la cuisine ou le frigo à la recherche d’une barre chocolatée, d’une glace, d’un gâteau, d’une sucrerie quoi !

En cas de « crise », je vous invite à prendre quelques secondes de recul avant de commettre l’irréparable – à savoir vous jeter frénétiquement sur un aliment ou une boisson sucrée, ce qui vous ferait replonger dans le cycle infernal du pic glycémique – et à vous demander : qu’est-il en train de se passer ? Venez-vous d’apprendre une mauvaise nouvelle ? Êtes-vous triste ? Vous sentez-vous seul ? Vous ennuyiez-vous ?

Essayez de décrypter votre émotion réelle. Ce n’est peut-être pas de la faim et encore moins un besoin de manger un aliment sucré. Et cette émotion, il faut la gérer en tant que telle, car la solution à ce que vous êtes en train de vivre n’est certainement et définitivement pas le sucre.

Pour prévenir les coups de mou et de baisse de moral aux effets compulsifs dévastateurs, je vous invite pendant cette cure de détox du sucre, et de manière générale dans votre vie à prendre soin de votre bien-être physique ET moral :

  • Chaussez vos baskets et allez pratiquer votre sport favori. Ce n’est pas un scoop, le sport est reconnu pour réduire le stress, accélérer le métabolisme, réguler l’humeur et le sommeil.
  • Faites une balade (même courte) dans la nature ou dans le parc le plus proche, en respirant profondément, regardant les arbres, le ciel…
  • Écoutez une musique qui vous met en joie (et pourquoi pas bouger votre body et danser, oui, oui, même sur le quai du métro, allez viens, on s’en fout, on danse !).
  • Appelez/rendez visite à un(e) ami(e) qui vous veut du bien. Si vous n’en avez pas de dispo sous la main, regardez les photos de bons moments passés avec ces amis ou votre famille. Tout de suite, vous sentirez un bien-être vous envahir, promis ! Photo à avoir toujours sous la main, pour palier les « coups de moins bien » et envie de se jeter sur du sucre ! Testez, vous m’en direz des nouvelles ! On est d’accord que les jaloux, les négatifs et les condescendants donnent envie de se jeter sur du chocolat. On les évite – et pas seulement pendant la cure de détox du sucre j’ai envie de vous dire. La détox des « personnes toxiques » dans votre vie est un prérequis à votre bien-être global (une détox des faux-amis est toujours, au moins autant qu’une cure de détox du sucre, salvatrice). Recentrez-vous sur les sincères, les généreux, les bienveillants et ceux qui sont réellement là pour vous.
  • Lisez un chapitre de ce super roman qui vous permet de vous évader.
  • Prenez un bain ou une douche.
  • Pratiquez 5 à 10 minutes de méditation en pleine conscience. Avec une appli dédiée à la méditation, on a toujours son coach de méditation sur soi dans son téléphone. Les miennes sont Petit Bambou et Namasté.
  • Câlinez votre enfant/chéri(e)/compagnon à 4 pattes qui vous aime inconditionnellement et qui vous regarde avec amuuur !
  • Offrez-vous un soin beauté/relaxation/sophrologie ou un massage chez votre praticien ou esthéticienne préférée.
  • Lancez-vous dans quelque chose que vous aimez : vous n’avez jamais remarqué que lorsque vous êtes actif, occupés à faire ce que vous aimez le plus (dans votre travail, vos relations, votre vie, votre hobby), vous ne pensez même pas à manger et encore moins à grignoter quelque chose de sucré ?

J’ai déjà ressenti, dans des moments où j’étais totalement absorbée à faire ce que j’aime (comme rédiger ce billet par exemple ou shooter des photos culinaires), que le fait d’être occupée, active, bien entourée, ou de me sentir utile me « nourrissait » moralement, intellectuellement, émotionnellement et dans ce cas je me rends compte qu’il peut se passer très longtemps avant d’avoir faim. Je peux carrément oublier de manger (oui je sais pour une blogueuse culinaire, ça paraît incroyable).

Bref, diminuez positivement et naturellement votre stress !

Dans les astuces moins classiques, mais qui ont cependant fait leurs preuves, pour tromper les envies de sucre :

  • Se laver les dents avec un dentifrice mentholé.
  • On m’a donné aussi un jour le truc du rouge à lèvres ; je sais, ça paraît sans aucun rapport avec le schmilblick, mais rien ne vous empêche d’essayer pour voir si ça fonctionne sur vous : Vous appliquez un rouge à lèvres bien coloré et couvrant (pas un simple baume hydratant), inconsciemment vous n’aurez pas envie de gâcher le rouge (et accessoirement de vous en mettre partout) en engouffrant un petit pain au chocolat !
  • Se faire une manucure ! Quel rapport bis ? Et bien, ça serait dommage de gâcher cette jolie laque brillante sur vos ongles en cassant une tablette de chocolat ou en ouvrant un paquet de biscuits, non ? Une fois les ongles séchés, vous admirez vos mains et avez oublié votre envie de sucre !
  • Vous regarder dans le miroir, réaliser combien vous êtes une personne chouette/drôle/sympa/généreuse (liste non exhaustive à compléter sur plusieurs lignes). Vous le dire à vous-même ! Être bienveillant et sympa avec vous-même ! Vous accorder que vous méritez la santé/le bien-être/le corps de vos rêves bien plus qu’un gâteau/biscuits/chocolat ! Là aussi, ça ne coûte rien et ça fait du bien (et pas seulement dans le cadre d’une détox du sucre).

 

Et après la cure de détox du sucre ?

Avec la cure, vous avez réussi à éliminer les aliments contenant du sucre de votre table. Pour certains, cela s’est fait facilement, pour d’autres vous avez fait de gros efforts et vous y êtes arrivés ! Vous pouvez vous féliciter ! Good job !

Ça mérite même une récompense (pas une qui se mange hein !) : un livre, un CD, un bouquet de fleurs, un vêtement, un bijou, un rouge à lèvres, etc. Vous pensez que c’est hors sujet mes idées de se parler dans le miroir, se mettre du rouge à lèvres et s’offrir un cadeau ? Je vous invite alors à prendre quelques secondes, la prochaine fois que vous aurez envie de manger du sucre, pour vous demander si vous avez réellement faim ou si c’est une compulsion sucrée en réaction avec un événement ou une émotion.

Si vous avez réellement faim, un plat salé doit vous faire envie. Il se peut aussi que ce soit un appel du sucre de votre organisme parce que vous avez mangé du sucre un peu plus tôt dans la journée. La plupart du temps, c’est une réponse à un stimulus émotionnel. Traiter le sevrage du sucre sans faire le lien entre sucre et émotion serait à mon sens incomplet et ne vous donnerait pas toutes les clés pour y arriver.

Après la cure, vous pouvez maintenant reprendre des fruits en quantité modérée (2 à 3 max par jour) et en dehors des repas. Un des effets de la cure va certainement être que vous vous êtes allégé(e) de quelques kilos ou avez constaté d’autres bienfaits physiques ou sur votre moral (venez me les raconter en commentaire svp !).

Si vous vous demandez quoi manger une fois la cure terminée pour garder ces beaux et bons bénéfices, vous trouverez sur ce blog des recettes à indice glycémique bas qui vous permettront de vous faire plaisir de temps en temps, sans « replonger » !

Comme par exemple, ces délicieux cookies aux flocons d’avoine.

cookies sans gluten

Un gâteau de fête framboise et orange sanguine aussi joli que bon 

naked cake vegan orange

Et côté salé, un pain de thon aux tomates (parfait pour la saison des pique-nique qui s’annonce)

thon

J’espère que ces conseils vous seront utiles.

N’hésitez pas à me raconter en commentaire comment se passe votre cure de détox du sucre et à partager vos propres astuces pour décrocher ou réduire le sucre !

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, voici ma bibliographie sur le sujet :

Partager sur

22 Commentaires

    • Merci Caroline ! 🙂
      Prendre conscience de son omniprésence dans notre alimentation, de ses méfaits et adopter des meilleurs réflexes pour le réduire c’est déjà un grand pas vers une meilleure forme !
      Belle journée !

  • Merci pour cet article. J’ai de grosses difficultés à gérer ces « crises » alimentaires où je me mets à manger de manière compulsive et globalement des sucreries…

    Aujourd’hui, j’ai pris conscience que j’avais un vrai problème, et j’ai donc décidé de réduire considérablement ma consommation de sucre.

    Je vais acheter le livre « C’est décidé j’arrête le sucre » que tu conseille, et j’espère me libérer de cette quasi addiction, et en ressortir plus forte, plus légère et surtout non frustrée.

    • Bonjour Céline,

      Les pulsions sucrées ont des origines multiples : il y a le cercle infernal du sucre et des pics d’insuline : plus on mange de sucre plus l’organisme en redemande. Ce qui en fait la 1ère drogue au monde !
      Il y a aussi des facteurs émotionnels : l’envie de sucre peut arriver à un moment où l’on se sent démotivé, seul, triste ou déçu.

      Je recommande une approche double : moi je prends des ampoules de chrome le matin à jeûn cela m’aide avec les pulsions sucrées. Et j’essaie de me relaxer : méditation, sport, yoga pour limiter « les coups de mou » qui m’emmènent à manger du sucre.
      Et je « triche » avec des infusions fruitées qui ont un côté doux et rassurant sans sucre. J’espère que mes conseils et retour d’expérience t’aideront !

  • Bonjour, sympa cette article ! mais j’ai une question : quand tu dis pas de chocolat, même pas de chocolat noir ? Moi je prends du 90% min.

    • Bonjour, merci pour ton commentaire.

      Pendant la cure de détox l’idée est de se sevrer du sucre et donc d’écarter le chocolat.
      Après la cure, une fois qu’on a réussi à se « sevrer » un peu du sucre et de ne plus avoir de consommation compulsive et addictive, on peut s’octroyer un carré de chocolat noir de temps en temps (mais pas pendant une cure détox du sucre ou du foie)

  • Bonsoir et merci pour tous ces conseils. Une fois qu on comprend le fonctionnement du sucre on arrive à se raisonner et essayer de le faire sortir de nos repas… ou presque. Mais j avais une petite question concernant un autre groupe d aliments : les fruits secs. Quelle est leur place dans le programme de 21 jours? Merci d avance pour votre réponse

  • Bonjour et merci pour tous ces conseils très judicieux. Petite question… pour les fruits secs (amande, noix, noisette, pignon, etc…) quels sont ceux interdits et ceux autorisés avec quelles quantités? merci d avance pour ta réponse

    • En ce qui concerne les oléagineux (amandes, etc.), une petite poignée maxi par jour au moment du goûter c’est très bien. En les faisant tremper 8h avant pour libérer l’acide phytique et les rendre plus digestes c’est encore mieux !

      Merci de me lire et à bientôt sur le blog !

  • Bjr,

    Je crois que c’est de loin l’article le plus ludique, complet et pédagogique que j’ai lu sur le sujet. J’ai beaucoup apprécié.
    Merci.

    • Bonjour Stéphane,
      Je vous remercie sincèrement pour votre message qui salue mon travail et me touche particulièrement et m’encourage à continuer à partager des conseils bien-être !

      Belle journée et à bientôt sur le blog !

  • Bonjour,

    Bonjour, je suis un programme où je n’absorbe aucun sucre.
    C’est comme ça que je suis tombé sur votre bel article.

    J’ai un rapport de dépendance affective au sucre, au point que m’imaginer sur le long terme me priver de pizzas, gâteaux et plats industriels du type pommes de terre sautées me rend triste, je ne m’en sens pas capable.

    C’est fou d’écrire ça mais c’est comme si pour moi manger (gras et sucré) était un peu le bonheur de ma vie… et que de ne plus manger ces aliments rendrait ma vie si fade.

    Peut-etre existe t-il des spécialistes pour régler ça ? Peut-être du côté d’un psychologue ?

    J’essaye moi-même de transformer ce bonheur du sucre en d’autres bonheurs comme des douches relaxantes, des occupations diverses avec ou sans ma famille, mais je ne retrouve pas encore ce bien-être de plonger entièrement dans un paquet de bonbons devant un film par exemple

    Bonne continuation

    • Bonjour,

      Je vous remercie pour votre commentaire très intéressant. Avez-vous reçu une recommandatation médicale (pour cause de diabète) pour suivre une cure dépourvue totalement de sucre ? Je suppose donc pas de céréales ni certains légumes riches en sucre ?

      Je vous confirme que le rapport au sucre est intimement lié aux émotions et stopper tout sucre sans une approche holistique qui prendrait aussi en compte l’aspect émotionnel me semble malheureusement vain.

      Si vous le souhaitez je peux vous accompagner avec la naturopathie et aborder cette addiction sous différents angles et vous aider sans frustration et en conservant du plaisir dans votre alimentation. Sachant que la naturopathie n’a pas une approche symptomatique (qui traite uniquement le symptôme) mais holistique à savoir qu’elle recherche la source et la source de la source, etc.

      Avec en complément une approche sur les aspects émotionnels, je pense que l’on peut obtenir un résultat Bien-être plus satisfaisant pour vous que votre diète sèche de sucre actuelle !

      Je suis à votre disposition si vous souhaitez un accompagnement et un suivi personnalisé.
      Dans ce cas vous pouvez me joindre à faismoicroquer@gmail.com

      Bonne journée

  • Bonsoir,

    Merci pour ces 2 articles très complets. J’ai moi-même été longtemps addict du sucre. J’ai eu ensuite des périodes d’orthorexie où je suis partie dans l’extrême de ne plus rien rien rien manger de sucré et donc vive les frustrations et après retour vers la boulimie !

    Une cure pour se couper un peu du sucre est une bonne idée, mais après c’est clair qu’il faut garder le plaisir de manger et de faire des exceptions je pense, sinon à long terme on ne peut pas tenir le coup… Mais je sais aussi que si je fais trop d’exceptions, l’addiction revient au galop !

    Maintenant que je me connais mieux, je sais comment retrouver mon équilibre après un extra, mais ça a été un long parcours du combattant pour en arriver là!

    • Merci pour votre témoignage. C’est en effet un parcours au long court. D’ailleurs j’accompagne en consultation de naturopathie des personnes qui souhaitent réduire le sucre. Ainsi ils découvrent quelle alimentation va leur permettre de réguler leur glycémie et les apaiser car souvent le stress donne des pulsions sucrées et le sucre stress l’organisme et le moral. C’est un cercle vicieux qu’il faut enrayer par une approche holistique et pas seulement l’alimentation qui n’est que la face immergée de l’iceberg !

  • Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article très complet.

    Après avoir constaté des problèmes de peaux et de poids récurrents, j’ai décidé d’arrêter le sucre pour me sevrer. Il faut savoir que je suis réellement addict et que j’en consomme matin, midi et soir (je suis exactement la personne accro citée dans votre article). Ca a donc été une très grosse décision pour moi qui passe mes pulsions sur le sucré et le chocolat. Aujourd’hui, j’en suis à mon 3eme jour terminé (« bravo Céline » lol) et je suis tellement fière de moi!
    J’ai arrêté du jour au lendemain tous les sucres visibles et je commencerai la semaine prochaine les sucres invisibles. Je ne pensais vraiment pas y arriver, ne serait-ce qu’une journée tant mon addiction est forte!
    Je vais tout faire pour tenir sur le long terme, surtout que je viens d’apprendre aujourd’hui que je suis enceinte de mon 3ème enfant et pour les 2 grossesses précédentes j’ai pris 20 kg que j’ai lutté à perdre (il m’en reste 2 x 5 d’ailleurs que je serai ravie de refourguer 😉 )
    Enfin, merci pour tout, j’ai eu mal à la tête aujourd’hui mais j’ai bien l’impression que ça en vaut clairement la peine!
    A très bientôt,
    Céline

    • Merci de m’avoir lue ! Bravo pour cette décision qui aura plusieurs répercutions sur votre bien-être et votre forme !
      Je me permets de vous inviter à y aller progressivement et à ne pas hésiter à vous faire accompagner sur votre alimentation au global et sur la durée pour ancrer des bonnes nouvelles habitudes, réguler la glycémie et savoir comment gérer les tentations ou les envies sucrées !
      Et félicitations pour votre 3ème grossesse !

  • Bonjour,

    merci pour votre article éclairant.

    Je me pose la question du choix des (ou « du » en période de cure) fruits frais : j’imagine qu’il y a plus de sucres dans une banane que dans une pomme par ex ? Y en a-t-il à privilégier ?

    Merci

    • Avec plaisir Catherine !

      En effet, les taux de sucre varient en fonction des fruits. Et même entre une banane mûre ou verte (la verte est moins sucrée). EN période de détox et au printemps vous pouvez piocher sans souci dans les fruits rouges. Sinon vous avez aussi les kiwi (qui viennent du Sud-Ouest).

      Bonne détox du sucre, belle journée et à bientôt par ici !

Commenter