Category Archives: soupes

Green gaspacho

Green gaspacho {la recette ventre plat de l’été}

Ça commence à sentir bon le sable chaud, l’air marin et les soirées entre copains. C’est bientôt l’heure des grandes tablées joyeuses et aussi … du maillot de bain !

Si vous recherchez une entrée rafraîchissante, facile à digérer, qui vous permet de vous sentir bien en maillot, que vous avez envie de varier les plaisirs ou marre du gaspacho tradi tomate-poivron, j’ai dans ma glacière une version ultra green de la soupe froide d’été qui rafraîchit les soirées presqu’aussi bien qu’un grand verre de rosé glacé* et qui en plus a un effet ventre plat.

Green gaspacho

Dans mon green gaspacho, il y a un ingrédient mystère qui le distingue d’autres gaspachos verts . Et cet ingrédient mystère ne plaît pas toujours aux petites têtes blondes et fait parfois faire la grimace même aux plus grands. En tout cas, avant qu’on ait goûté au green gaspacho !

Mon conseil : servez-le à vos convives et faites-leur deviner la composition. Ils trouveront facilement le concombre et la menthe, ok là c’est trop easy. En revanche il y a encore un ingrédient vert qui devrait les surprendre. C’est un peu comme avec la mousse au chocolat à base de jus de pois chiches, il faut attendre qu’ils aient fini leur bol pour leur dévoiler le joker de la recette !

Green gaspacho

Parce qu’évidemment, si vous proposez un green gaspacho aux épinards comme ça d’emblée (surtout aux non-mangeurs de graines et de verdure), vous risquez au mieux la grimace et au pire des protestations vives assorties d’un risque de jet de cuillères, croutons de pain voire retournement de vaisselle en signe de protestation, si ce n’est carrément un fleuron d’injures façon Capitaine Haddock (“bachi-bouzouk je ne suis pas un mangeur d’herbes, moi” par exemple) !

Alors qu’une fois qu’on y a goûté, on récolte des “hummm, c’est drôlement bon”.

Green gaspacho

Le deuxième effet kiss cool de ce green gaspacho, ce sont ses atouts santé et minceur : l’épinard est riche en calcium, vitamines C et fibres et en plus il lutte contre la prise de poids (au moment de passer ses journées en maillot de bain et en short c’est un argument de poids si je puis dire !) notamment grâce à l’acide alpha-lipoïque, cet antioxydant qui aide à bruler le sucre. Assorti de yaourt et crème de soja faciles à digérer, ce green gaspacho est LA recette ventre plat de votre été !

Alors finalement, je vous en ressers un bol (petit rictus de jubilation )?

INGRÉDIENTS pour 6 bols
200 gr d’épinards frais
1 concombre bio
2 yaourts de soja bio ou sans OGM
20 cl de crème de soja épaisse Le Jardin bio pour moi
1/2 bouquet de menthe fraîche
1 CS d’huile d’olive bio 1ère pression à froid
Sel, poivre
Eau Vichy Célestins (qui est basifiante et aide à équilibrer l’acidité de l’alimentation moderne)

USTENSILES
Blender
Planche à découper
Couteau d’office
Petite cuillère
Torchon

PRÉPARATION

Laver les feuilles d’épinards, la menthe et le concombre.

Couper le concombre en 2 et l’épépiner à l’aide de la petite cuillère pour le rendre plus digeste (une précaution nécessaire pour les appareils digestifs sensibles).

Placer l’ensemble des ingrédients dans le blender sauf l’eau et mixer finement jusqu’à obtenir une consistance veloutée.

Ajouter l’eau et réserver 1h au réfrigérateur avant de déguster.

Au moment de servir, garder un peu de concombre à couper en petits dés pour décorer avec des feuilles de menthe. En option, des graines de votre choix à saupoudrer.

Dans le même registre, vous pouvez varier les plaisirs avec des gaspachos sains et délicieux :
au concombre et menthe
à la carotte et au curcuma
au melon et à la pastèque
à la carotte et lentilles corail
aux courgettes

* L’alcool est à consommer avec modération ne l’oublions pas, même en été !

Gaspacho carotte curcuma

Gaspacho de carottes à la crème de curcuma {Recette vegan et zéro-déchets}

Humm ce soleil qui réchauffe, qui nous caresse la peau et lui donne des belles couleurs ! Il est enfin là ! Il nous permet de sortir enfin sans collant, de chausser des souliers ouverts et de porter des robes légères (et pour certains d’exhiber leur bronzage de Bali par exemple) !

Pour le célébrer comme il se doit, j’ai mis de ses rayons dans mon assiette et je fais le plein de bétacarotène avec un gaspacho aux carottes et à la crème de cajou au curcuma. Ainsi mes bonnes couleurs attrapées à l’autre bout du monde perdurent, hehe !

Gaspacho carotte curcuma

Cette recette est largement inspirée par Zoé Armbruster et son livre Cuisine détox super facile (Editions Solar) que j’ai revisitée avec mes petites touches personnelles et notamment mon bouillon sain et anti-gaspi fait-maison dont je vous livre l’astuce dans la recette.

Gaspacho carotte curcuma

Cette recette est une mine de trésors healthy  :
La carotte et ses fameuses bêta-carotènes pour nous préparer un teint hâlé naturellement.
Le curcuma et ses milles vertus : anti-oxydant puissant, anti-inflammatoire, abaisse le taux de triglycérides et le taux de sucre, riche en fer, en potassium, en vitamine C. Il soutient le nettoyage du foie et stimule la vésicule biliaire.
Les noix de cajou : riches en antioxydants, en magnésium et en cuivre (ce qui aide l’absorption du fer du curcuma par exemple), elles font baisser le taux de triglycérides.

Voilà pour les raisons healthy de déguster un gaspacho aux carottes et à la crème de curcuma.

Dans ma version de la recette de Zoé, il y a aussi une astuce pour ceux qui, comme moi, veulent se lancer dans la réduction des déchets.

Je vous livre ma recette du bouillon maison, économique et sain, car malheureusement tous les bouillons que l’on trouve sur le marché, même les bio, contiennent du sucre sous une forme ou une autre, du sel ajouté quand ce ne sont pas carrément des conservateurs. Alors que préparer un bouillon maison c’est ultra simple, sain et économique.

INGRÉDIENTS

Pour le Gaspacho de carottes
1 kg de carottes bio
1 CS d’huile d’olive vierge 1ère pression à froid
200 ml de lait végétal bio
45 cl de bouillon fait-maison
Sel et poivre
Quelques noisettes
Graines de chanvre
Coriandre fraîche
Eau de Vichy Célestins

Pour la crème au curcuma
20 cl de lait végétal bio
1 CC de curcuma en poudre bio
80 gr de noix de cajou
Eau de Vichy Célestins

USTENSILES
Bol
Couteau d’office
Planche à découper
Balance de cuisine
Casserole
Eplucheur
Blender de type Magimx
Robot-coupe de type Magimix

PRÉPARATION

Le bouillon maison

A chaque fois que j’épluche des légumes (chez moi ils sont toujours bios), je ne jette pas les épluchures. Je les stocke dans un récipient adapté au congélateur. Un jour des carottes, des épluchures de poireaux, d’oignons, échalotes, tiges d’herbes fraîches, etc. Quand le récipient est plein. Je fais bouillir une grande casserole d’eau et je fais cuire 15 à 20 minutes les épluchures à petits bouillons. Je filtre le bouillon et une fois refroidi, j’obtiens un bouillon maison parfaitement sain.

Pour la crème au curcuma

Faire tremper les noix de cajou dans l’eau de Vichy Célestins au moins 1h.

Egoutter les noix et les verser dans le bol du robot-coupe avec le curcuma.

Mixer jusqu’à l’obtention d’une crème onctueuse (cela peut prendre entre 5 et 10 minutes pour que la crème de curcuma soit totalement lisse). Réserver au réfrigérateur.

Pour le gaspacho de carottes

Faire cuire les carottes coupées en rondelles dans une grande casserole remplie d’eau de Vichy Célestins.

Quand elles sont cuites, les égoutter puis les verser dans le blender. Ajouter le bouillon, le lait végétal, l’huile d’olive, la coriandre fraîche, le sel et le poivre.

Mixer le tout et laisser reposer au réfrigérateur.

Servir bien frais avec la crème de curcuma, des graines de chanvre et des éclats de noisettes concassées.

soupe petits pois menthe vegan

Soupe de printemps aux petits pois et à la menthe {vegan}

La soupe, vous l’aurez compris si vous êtes habitué(e) à vous promener par ici, fait réellement partie de mes habitudes alimentaires depuis longtemps et quelle que soit la saison. En même temps, ces dernières semaines, le soir j’avais plus envie d’une soupe chaude que d’une salade fraîche.

Et en fonction des saisons, on adapte les recettes aux légumes de saison bien sûr ! Je vous ai déjà servi l’association petits-pois menthe car c’est un mariage de parfums que j’affectionne particulièrement.  Alors pourquoi pas dans une soupe ?

soupe petits pois menthe vegan

C’est bien simple ces dernières semaines, dès que la température dégringolait, je préparais systématiquement une soupe aux petits pois et à la menthe ! C’était mon réconfort à moi face au ciel tout gris. En plus elle est très rassasiante. Surtout si on garde de côté quelques petits-pois pour ajouter de la mâche à cette soupe.

Je vous donne mon petit truc à moi : j’aime cette soupe avec du gomasio pour accentuer le croquant-gourmand !

soupe petits pois menthe vegan

INGREDIENTS

500 gr de petits pois bio
1 oignon
2 CS d’huile d’olive vierge 1ère pression à froid
Eau de Vichy Célestins
Gomasio (en magasin bio)
Menthe fraîche bio
Crème de soja semi-épaisse Bjorg pour moi

USTENSILES
Marmite
Mixer
Planche à découper
Couteau d’office

PRÉPARATION

Faire chauffer l’huile dans la marmite. Emincer et faire doucement dorer l’oignon.

Ajouter les petits-pois et les faire doucement revenir 5 à 10 minutes (si nous sommes en hiver et que vous avez opter pour des petits-pois surgelés, comptez 15 minutes).

Couvrir d’eau de Vichy Célestins et cuire à couvert 15 à 20 minutes. Lorsqu’ils sont cuits, prélever 1 CS de petits pois et réserver.

Laver et ciseler la menthe fraîche. Ajouter à la soupe avant de mixer.

Servir avec un nuage de crème de soja, les petits pois réservés et le gomasio.

soupe petits pois menthe vegan

Soupe à la patate douce, coco et poireaux {Spéciale sports d’hiver}

En cette saison de ski, je dédie cette recette de soupe de patate douce, carotte, coco et poireaux à tous ceux qui dévalent les pistes, à tous ceux qui en rêvent et à tous ceux …. à qui ça ne manque pas trop en fait !

Soupe poireaux coco patate douce
Pour ma part, j’ai une relation particulière aux sports d’hiver. Pour le bon côté, ils me rappellent les colonies de vacances d’hiver que je passais dans mon enfance et adolescence toujours avec la même bande de copains. J’aime l’ambiance nature, conviviale, sportive et terriblement dépaysante. J’aime les stations arborées et boisées, à taille humaine et plutôt sans voiture. J’aime l’esprit de bande de potes ou de famille car c’est un type de séjour que l’on partage forcément à plusieurs. J’aime ces pauses au soleil dans un transat que ce soit pour le déjeuner ou siroter une boisson chaude et ce contraste chaud-froid revigorant. J’aime l’ambiance boîte de nuit en plein air de certaines stations. J’aime les sapins enneigés, le silence (ou je sais ça peut paraitre paradoxal avec le son à fond des animations façon boîtes de nuit mais j’apprécie les 2…à des moments différents !) la luminosité, les odeurs, le bruit de la neige sous les pas, les feux de cheminée et les paysages à couper le souffle. J’aime la sensation de glisse et de liberté. Et skier entre les arbres dans les petits chemins en prenant le temps d’admirer la nature et se laisser glisser.

En revanche, j’ai vraiment besoin de voir l’horizon. Pour moi être au creux d’une vallée me donne un sentiment d’enfermement voire même de danger (je suis un peu claustrophobe sur les bords). Si en plus la station est bétonnée et les pistes justes d’immenses “boulevards” bondés c’est le pompon ! Je ne supporte pas la combo ski/chaussures qui pèsent une tonne quand en plus elles font souffrir mes tibias. Je ne suis pas assez bonne skieuse pour apprécier de skier dans le froid et sans visibilité et quand il neige… Je comprends bien que les professionnels du tourisme doivent “faire leur beurre” et que l’acheminement de tout produit ou denrée est plus coûteux, mais les prix exorbitants pratiqués m’ont longtemps fait fuir la semaine annuelle de ski bien trop onéreuse pour moi (qui préfère sans comparaison jouer les fourmis pour partir au soleil et à la mer) !

Cette année sans la disponibilité et le budget nécessaires pour des vacances en ce début d’année, la question des sports d’hiver ne s’est pas posée une demie seconde. Mais comme je regarde toujours le bon côté des choses, je suis un brin nostalgique de ce que j’apprécie le plus à la montagne. Alors pour “faire comme si” j’y étais, je me sers un bon mug de cette soupe fumante à la patate douce, carotte, poireaux et coco qui redonne des forces et est suffisamment rassasiante pour constituer à elle seule un repas du soir !

Soupe poireaux coco patate douce

INGRÉDIENTS
40 cl de crème de coco
2 patates douces
3 carottes
3 à 4 blancs de poireaux
1 oignon
Huile d’olive bio 1ère pression à froid
1 bouillon de légumes bio Bjorg pour moi sans huile de palme, sans additif glutamate et sans conservateur.
Poivre
Eau de Vichy Célestins

USTENSILES
Marmite
Mixeur plongeant ou blender à soupe
Couteau  d’office
Planche à découper
Passoire

PRÉPARATION

Eplucher et couper l’oignon en rondelles. Le faire dorer dans l’huile d’olive.

Couper le blanc de poireaux en tronçons et les rincer.

Eplucher les patates douces et les carottes les couper en cubes.

Ajouter les légumes dans la marmite et faire cuire à feu doux 10 à 15 minutes.

Recouvrir les légumes d’eau de Vichy Célestins, ajouter le bouillon. Faire cuire 20 à 30 minutes. Retire et mettre de côté quelques légumes.

Poivrer et ajouter la crème de coco avant de mixer. Servir bien chaud avec des morceaux de légumes pour ajouter “de la matière”.

veloute brocolis

Velouté de brocolis vegan {le retour de flamme de la Saint Valentin}

Le brocolis et moi, c’est une vieille histoire qui remonte loin et même très loin. Je me souviens de cette époque étudiante (loin, j’avais prévenu !) où je me régalais d’une escalope milanaise maison servie avec des tagliatelles fraîches et des brocolis vapeur. J’adorais ce plat (de fête pour mon budget de l’époque) et c’est vrai que l’association brocolis et pâtes est longtemps restée dans mes habitudes culinaires.

Et puis, comme ça, sans crier gare, sans qu’aucun grief ou mot plus haut que l’autre n’ait été prononcé d’une part ou de l’autre, un jour, le brocolis et moi c’était fini. Il n’y avait plus rien à faire, l’amour était mort, tout-tout-tout était fini entre nous. Point de réconciliation possible en vue, aucun conseiller conjugal n’aurait pu prolonger notre idylle. C’était mort de chez mort.
Juste un dégoût pour l’odeur et ne serait-ce même qu’à l’évocation du nom de ce pauvre petit frisé verdoyant que j’ai du coup délaissé pendant des années sans même me retourner. Je l’ai bien vu me faire de l’oeil dans l’étal de mon maraîcher et au marché mais franchement mon coeur restait de marbre. J’avais oublié jusqu’aux souvenirs des bons moments partagés ensemble. Je regardais devant moi, laissant le passé au passé.

Et pourtant, alors que je m’y attendais le moins, et que je ne pensais plus jamais à lui, tout d’un coup le désir est revenu – et le plaisir aussi ! Peut-être parce que comme le dit ce bon vieux Francis C. : “quand j’aime une fois, j’aime pour toujours” ? Si dans l’amour il y a souvent parfois du désamour, il y a pourtant dans d’improbables cas quasi désespérés, un retour possible (personnellement je préfère et mise quand même plus sur le retour de flamme pour un légume que pour un ex).

Me voici donc de nouveau en amour pour ce légume de la famille des crucifères, riche en vitamines C, à l’indice glycémique faible, dont les propriétés anti oxydantes lui confèrent des atouts préventifs des maladies cardio-vasculaires, chroniques ou des cancers (mais pourquoi m’être privée de tant de bienfaits pendant toutes ces années, franchement ?!!).

Il faut quand même que je vous dise que c’est une recette en particulier qui m’a réconciliée avec le brocolis : celle d’un velouté vegan, revelé avec de la coriandre !

veloute brocolis

La douceur de ce velouté n’est pas sans rappeler la soupe de courgettes pour celles et ceux qui sont adeptes de cette recette familiale dont le velouté doit beaucoup à ce fameux fromage fondu que l’on ajoute à la fin et que j’ai végétalisée dans une version vegan et rafraîchissante ici.

Pourtant vous me direz que si je compare le brocolis avec la courgette c’est un peu comme j’appelais mon mari, du prénom de mon amant ! C’est aussi embarrassant que cocasse mais ça fleure quand même bien la scène de ménage et la vaisselle cassée ! Je vous rassure je n’ai ni mari ni amant (je tiens trop à ma vaisselle !) mais dans mon subconscient et dans cette histoire j’ai peut-être longtemps “trompé” inconsciemment le brocolis avec la courgette et maintenant que tout le monde est réconcilié, nous sommes tous … de très bons et vieux amis (n’imaginez rien de scabreux entre ma soupière, le brocolis et la courgette, bande de lubriques des fourneaux !).

Et pour assouvir néanmoins votre curiosité je vous livre LA recette de la réconciliation  !

INGRÉDIENTS
1 brocolis
Lait de soja (ou lait végétal) non sucré
1 oignon
2 CS d’huile d’olive
Crème de soja semi-épais
Coriandre en poudre
Sel, poivre
Bouillon de légumes bio sans huile de palme et sans additif glutamate comme le bouillon cube Bjorg par exemple
Coriandre fraîche
Amandes

USTENSILES
Marmite
Couteau d’office
Planche à découper
Robot mixeur plongeant (ou blender à soupe)
Passoire
Mortier
Louche
Spatule

PRÉPARATION

Couper les bouquets de brocolis et les rincer.

Emincer l’oignon et le faire dorer dans l’huile d’olive.

Ajouter les têtes de brocolis et les faire cuire 5 minutes.

Couvrir de lait végétal, ajouter les aromates, le bouillon de légumes et laisser cuire 15 minutes à feu doux.

Concasser les amandes. Laver et essuyer la coriandre fraîche.

Mixer et servir chaud en nappant de crème de soja et en décorant de feuilles de coriandre et d’amandes concassées.

Joyeuse Saint-Valentin à toutes et à tous, que vous soyez en couple avec un brocolis, amoureux d’une courgette ou….seul(e) avec votre soupe !