Bien-être Cure détox / Cabot

La détox printanière, pour qui, pourquoi et comment ?

A l’arrivée du printemps, que ce soit dans la presse ou sur les réseaux, vous avez forcément vu évoquée la fameuse cure de détox printanière. Comme chaque année. Si cette notion de détox revient chaque année à la même saison, c’est qu’il y a bien une raison. Qui contrairement à ce que l’on pense n’a pas grand chose à voir avec un régime pour un objectif Bikini Body.

En effet, les raisons de ce genre de cure sont autres. Comme disaient nos amis Mulder et Scully, la vérité est ailleurs !

detox printaniere

Pourquoi faire une détox printanière ?

Depuis les années 50, notre alimentation, et l’agriculture de manière générale, ont beaucoup changé.

Quantité de produits alimentaires sont industrialisés et très (trop) transformés. Avec des ajouts de sel et de sucre (même dans des plats salés). Sans compter les conservateurs, exhausteurs de goût, colorants, acidifiants (destinés à prolonger la date limite de consommation). Et ce fameux de gluten (y compris dans du jambon, des chips ou des sauces) ajouté un peu partout pour ses propriétés gonflantes (à tous les sens du terme).

S’ajoute à cela des monocultures qui appauvrissent les sols. On en parle de l’usage intensif de pesticides, du raffinage et de l’hybridation de certaines céréales (dont le blé) pour en augmenter la production ?

Aujourd’hui, l’alimentation dite moderne se traduit trop souvent par un mélange de produits dépourvus ou appauvris en nutriments. En plus de d’encrasser l’organisme, ce type d’alimentation ne lui apporte pas ce dont il a besoin d’un point de vue de l’équilibre naturel vital.

De manière générale, les modifications majeures en matière d’habitudes alimentaires entraînent une augmentation de la consommation des protéines animales (viande, œuf), des produits laitiers, du sucre, des matières grasses (oméga 9 surtout), des céréales et du sel.
Et cette augmentation suit tristement les courbes ascendantes des maladies inflammatoires dites de civilisation et notamment celles du diabète, du cancer et de l’obésité. Certes ces maladies sont multi-factorielles. Si la génétique entre en ligne de compte, les habitudes alimentaires, les carences, les environnements pollués et les habitudes de vie sont loin d’être neutres.


Qu’est-ce que la détoxication ?

Vous avez sûrement entendu que le travail naturel du foie c’est précisément de filtrer le sang de ces toxines et toxiques. En effet, c’est bien l’une de ses nombreuses fonctions. Avec la sécrétion de la bile (indispensable à l’absorption des liquides alimentaires), le foie intervient par ailleurs dans le métabolisme des glucides des lipides et protéines.
En outre, il oeuvre au maintien d’une glycémie normale, synthétise le cholestérol, stocke une partie des triglycérides, participe au système immunitaire (et oui !) et au stockage des vitamines (A, B12, D, E et K), des minéraux comme le fer, etc.

Ainsi, par le processus de détoxication naturelle, l’organisme “désactive” les substances toxiques internes ou externes, les rendant moins toxiques et hydrosolubles afin de permettre leur évacuation.

On distingue les toxines internes, naturellement produites par le fonctionnement métabolique du corps (des réactions chimiques et enzymatiques).
Quant aux toxiques externes, il s’agit de molécules étrangères issues notamment de la pollution, des pesticides, des médicaments (dont on trouve des traces dans l’eau du robinet), de cosmétiques, paraben, détergents, plastiques, peintures murales ou de ces fameux additifs alimentaires dont je parlais juste avant, ainsi que les métaux lourds.
A noter que leur toxicité est impliquée dans des perturbations endocriniennes et immunitaires (tiens, tiens). Et si en matière d’immunité on commençait par le commencement ?


Dans le processus digestif, le foie est le 1er organe qui filtre les aliments, ces toxines et ces toxiques. Avant même les intestins et les reins. J’en profite pour rappeler que, les éliminations rénales et intestinales sont empêchées si le corps est trop acidifié (à ce sujet je vous renvoie à mes 2 articles sur le sujet). Et oui, tout est lié !

Le hic, c’est cette alimentation riche en toxiques. A laquelle s’ajoute la pollution environnementale, les traitements médicaux (du simple paracétamol en passant par la pilule contraceptive) et le stress qui saturent le foie.
Surchargé il ne peut réaliser correctement son rôle naturel de détoxication. Ce qui entraîne des inflammations cellulaires et du stress oxydatif associés à des pathologies comme les cancers, la résistance à l’insuline (à l’origine du surpoids et du diabète de type 2), les maladies cardio-vasculaires ou les maladies neuro-dégénératives.
Le jeu vaut clairement la chandelle préventive de la détox, non ?

Pour bien remplir son rôle, le foie a besoin d’une quantité suffisante d’antioxydants (que l’on trouve dans l’alimentation hypotoxique et vivante). Et donc aussi que l’organisme ne soit pas trop acidifié.


Limiter l’intoxication

On commence comme toujours par l’alimentation. Parce l’alimentation, Hippocrate nous l’a bien dit, c’est notre première médecine !

– Rien d’étonnant si je vous invite à privilégier au maximum une alimentation bio, bien moins chargées en pesticides et engrais chimiques.

– Et évidemment à réduire les aliments qui acidifient et génèrent trop de toxiques et de radicaux libres. Il s’agit notamment des protéines d’origine animale, des produits raffinés (sucre blanc, farine T45, pain blanc, pâtes blanches, etc.), des produits laitiers, etc.

– On n’y pense pas toujours : Cuisiner avec des ustensiles et conserver les aliments dans des contenants sains. On privilégie les matières naturelles (verre, grès) plutôt que le plastique.

– Réaliser une cure détox printanière chaque année pour soutenir le travail du foie.
Cette détox va permettre d’éliminer les toxines accumulées dans les organes et tissus, et aussi de stimuler l’organisme à se régénérer et à renforcer les défenses immunitaires.

La détox printanière, suis-je concerné.e ?

La détox on l’a compris maintenant va permettre de nettoyer l’organisme des toxiques et toxines qu’il contient en excès.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. En 2014, mon changement d’alimentation a été marqué par ma première cure de détox printanière en suivant les conseils du Docteur Cabot.

Depuis mes études en Naturopathie, j’envisage la détox printanière différemment. Même si je conserve beaucoup des principes de la cure Cabot.

D’abord, j’ai appris que la détox ne s’appliquait pas à tout le monde.

Indications et contre-indications de la détox

En naturopathie, on ne recommande la détox qu’à condition d’être en bonne vitalité.

Si vous êtes malade ou convalescent, si vous souffrez de pathologies rénales, hépathiques, neuro-dégénératives ou cardiaques ou d’un cancer, n’entamez pas de cure détox sans avis médical préalable.

Hors les cas de pathologie lourde, il est recommandé d’être en bonne vitalité avant de commencer une cure détox. Si vous êtes très fatigué.e consultez un médecin ou un.e Naturopathe pour réaliser un bilan de vitalité. Puis remontez en vitalité avant de démarrer toute cure détox quelle qu’elle soit.

Donc une cure détox pratiquée en état « sous-vital » serait contre-productive et accentuerait la sous-vitalité sans les bénéfices de détoxication.

Voici un petit test qui va vous aider à jauger si c’est la bon moment pour vous de vous lancer dans une cure détox.


1°) Santé
A – en ce moment je suis malade ou convalescent.e
B – je ne me souviens pas la dernière fois que j’ai été malade

2°) Forme
A-  en ce moment je me sens un peu mou/molle, je suis essouflé.e en montant les escaliers et j’attends l’heure du coucher avec impatience
B- je me sens plutôt en forme, active et je bouge tous les jours

3°) Sport
A – je n’ai pas trop le temps pour faire du sport en ce moment et de toute façon je n’aime pas le sport
B – je pratique une activité régulière (2 fois mini par semaine) même douce ou J’ai vraiment très envie de me bouger plus ou plus souvent

4°) Alimentation
A – je n’aime pas cuisiner/je n’ai pas le temps et je n’ai pas envie de changer mes habitudes alimentaires. Les plats préparés, fast-food et pizzas sont à mon menu 3 fois par semaine minimum.
B – j’ai déjà goûté la cuisine saine et j’ai vu les effets bénéfiques ou Je n’ai pas encore essayé mais je suis sûre que ça me fera du bien !

5°) Stress
A – je ne me sens motivé.e par rien ou presque rien en ce moment
B – en ce moment j’ai parfois des moments de lassitude ou de baisse de motivation et ça ne me ressemble pas trop

6°) Sommeil
A – j’enchaîne les nuits courtes ou les insomnies
B – j’ai parfois du mal à m’endormir ou je peux me réveiller la nuit mais pas systématiquement

Résultat :

Un maximum de A, avant de démarrer une cure, commencez par vous re-vitaliser (un.e Naturopathe vous accompagnera de manière individualisée pour regagner en vitalité). Entamer une cure détox en état de sous-vitalité vous fatiguerait encore davantage et ce n’est clairement pas le but. Une fois revitalisé.e, vous pourrez tout à fait vous lancer dans une cure !

Un maximum de B, c’est le bon moment de démarrer une cure détox, vous êtes prêt.e et motivé.e. C’est important pour la mener à bien pour bénéficier de tous les bienfaits de la cure !


Vous, vous posez encore des questions du genre :

– Je mange sainement et je suis en bonne santé générale. Dois-je vraiment faire une détox ?
Je répondrais par l’affirmative si :
– vous habitez en agglomération ou près de zones industrielles ou d’exploitation agricole non bio.
– dans votre habitat les peintures et meubles contiennent des colles et produits chimiques.
– depuis 1 an vous avez été en situation de stress important ou prolongé.
– vous consommez habituellement des Aliments Ultra Transformés, des laitages (fromages, crème, yaourt), de la charcuterie, de l’alcool, de la viande/poisson plus de 3 fois par semaine
– vous fumez
– au cas où vous n’auriez pas compris le message (depuis le temps que je le rabâche), vous consommez des aliments non bio plus que des aliments bio
– vous prenez une pilule contraceptive ou avez suivi un traitement médical ces 6 derniers mois
– et bien sûr si et seulement si, vous êtes en bonne vitalité !


Comment faire une cure détox ?

Vous pouvez parfaitement commencer par un programme général doux. Il en existe plusieurs sur le marché.

J’ai justement contribué au programme de détox de Namastrip Retreats.


Pour ma part, j’y explique les principes clés de la détox printanière (alimentation et naturopathie) avec 4 jours de mes recettes spéciales détox (pour les 3 repas principaux soit environ 18 recettes) pour démarrer votre cure.


Pour compléter l’approche naturopathique et alimentaire, il comporte des ateliers en ligne :

  • Un atelier sur l’influence des saisons et l’acceuil du changement
  • Une méditation pour accueillir le changement
  • Une séance de yoga détox pour renforcer le système digestif
  • 1h de hata yoga pour ouvrir le corps et le coeur
  • Et 1h de vinyasa yoga pour changer d’énergie, cultiver la fluidité, la joie et la légèreté.


Ce programme holitistique est donc un excellent enclencheur de détoxication. Il peut s’accompagner (ou se remplacer totalement) par une détox personnalisée. C’est-à-dire une consultation individuelle de naturopathie en visio. Car en fonction de votre tempérament naturopathique, mode de vie et habitudes alimentaires, la cure sera différente.

Pour cela, je suis naturellement à votre disposition pour prendre rendez-vous : contactez-moi par mail à faismoicroquer@gmail.com

En soutien de la détox du foie

En plus des conseils que vous trouverez dans ce programme, je voulais vous parler des plantes qui vont aider à soutenir le travail du foie.


A noter que le mieux est toujours de se baser sur un avis médical et une consultation individuelle avec un praticien de santé en naturopathie avant de prendre tout complément alimentaire.

infusions



Tout d’abord, je vous présente HYGÉE est une marque française de mélange de superfoods à base de plantes adaptogènes. Le mélange Détox comporte du Desmodium, du Chardon-Marie et du Shisandra. La Schisandra soutient le foie tout en luttant contre le stress et la fatigue. LeDesmodium aide la digestion et favorise l’élimination des toxines. Le Chardon-Marie participe à la régénération du foie


Egalement pour stimuler l’activité hépathiqe naturellemenent, l’huile essentielle de Romarin Verbénone : 2 gouttes sur un comprimé neutre pendant 3 semaines.
Attention : Pas d’huile essentielle pour les femmes enceintes ou allaitantes. De toute façon dans ces 2 cas, pas de cure de détox svp. Attendez un peu !

S’il ne devait y avoir qu’un seul allié de la détox printanière ce serait La sève de bouleau. En effet elle est idéale pour la détox saisonnière. Grâce à ses propriétés dépurative, reminéralisante, elle aide l’organisme à éliminer les toxines et les déchets accumulés pendant l’hiver.
Choisissez la bio, fraîche (se conserve au réfrigérateur pendant 1 mois).

La Chlorelle capte les métaux lourds tout en apportant des minéraux : potassium, calcium, fer, magnésium, oligoéléments, zinc, sélénium. Ainsi que des vitamines C, E et du groupe B. Avec le code CROQUER5, bénéficiez de -5% de réduction sur toute votre commande sur le site Amoseeds.

6 Commentaires

  • Bonjour Bénédicte.
    Où peut-on retrouver votre e-book 4 jours de détox svp merci?
    Je souhaiterais en connaître le contenu et serais éventuellement intéressée merci.

  • Bonjour,
    Votre article tombe à pic !
    Actuellement je suis la cure du Dr Cabot, j’en suis à la 2eme semaine.
    Je viens de commander la détox (Hygée)
    Sur combien de semaines puis-je prendre cette poudre ?
    Merci pour vos articles
    Cordialement
    Maud

Commenter