Hypersensibilité

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

L’hypersensibilité vous en avez sûrement déjà entendu parlé, car ce terme apparaît de plus en plus à la une des magazines et en couverture des livres.
Vous vous êtes sûrement demandé de quoi il s’agissait ?

Ce que l’hypersensibilité n’est pas

Contrairement à certaines idées reçues, l’hypersensibilité n’est pas un trouble psychologique, ni une maladie et encore moins un handicap. Même si elle peut être difficile à vivre. Surtout quand on ne l’a pas équilibré ou que l’on ignore qu’on l’est soi-même.

Ou, comme c’est souvent le cas, quand on a compris qu’on était hautement sensible mais que l’on n’a pas encore exploré ce en quoi cela consistait et ce que cela impliquait dans notre vie. Et ce, que ce soit en termes de fonctionnement, d’impact sur nos relations professionnelles, personnelles et amoureuses ou de nos besoins spécifiques.

Hypersensible, multipotentiel, zèbre, HPE…est-ce la même chose ?



L’hypersensibilité est souvent confondue avec être Haut-potentiel et autre zèbre pour une bonne et simple raison. Les personnes détectées Haut-potentiel représentent en moyenne 2% de la population et sont dans la majorité des cas hypersensibles. Mais pas systématiquement. Idem pour les hypersensibles qui eux représentent 31% de la population (selon les derniers chiffres des études sur le sujet en 2021) et ne sont pas tous HPI.

Si certains traits communs sont partagés avec l’autisme Asperger (notamment les sensibilités kinesthésiques), être hypersensible ne veut pas forcément dire non plus que l’on est autiste. Même si on peut parfaitement considérer des autistes comme des personnes hautement sensibles.
La confusion peut se produire entre les 2, surtout quand l’autisme Asperger est détecté tardivement. C’est le cas souvent chez des femmes qui ont réussi des études – souvent très brillantes – un métier intellectuel, etc. qui se sont sur-adaptées à leur environnement refoulant ce trouble.

L’hypersensibilité n’est en revanche pas un trouble psychologique ni un handicap et en tant que telle ne se diagnostique pas chez un psychologue. Car ce n’est, tout simplement pas, un trouble psychologique à traiter. Vous n’avez donc nul besoin de consulter un psy pour savoir si vous êtes hypersensible.

young caucasian woman practicing yoga at sunrise beach

En quoi consiste l’hypersensibilité au juste ?

La haute-sensibilité est un mode de fonctionnement neuronal et sensoriel spécifique. Des études ont établi que certaines zones du cerveau sont davantage stimulées et fonctionnent différemment entre un hypersensible et ce que l’on appelle un normosensible (aka un non-hypersensible).
Mais attention, fonctionnement du cerveau différent, encore une fois, ne signifie pas forcément surdoué.

Les modes de fonctionnement spécifiques

Une personne ultrasensible perçoit une infinité de détails que les normosensibles ne perçoivent pas forcément ou en tout cas pas aussi clairement. Il peut s’agir d’une intention non verbalisée chez un interlocuteur, une ambiance, un changement de température mais aussi son environnement en général.

C’est un peu comme si la personne hautement sensible portait une antenne parabolique sur la tête et avait un puissant zoom à la place des yeux.

La seconde spécificité tient à l’effet que produisent toutes ces informations perçues. Elles sont amplifiées.
Le méga zoom se double d’un méga ampli. Absolument tout ce que perçoit l’hypersensible est une sorte de réalité augmentée.

Sauf que pour lui c’est bien réel et il le sent et le vit physiquement et nerveusement puissance 100 voire 1000. A son plus grand désarroi quand les normosensibles autour de lui n’ont rien perçu et ne comprennent pas ses ressentis.

C’est pourquoi une remarque totalement anodine pour vous, peut le blesser profondément et il va la ruminer longtemps après.

Autre conséquence de ces perceptions amplifiées, es hypersensibles peuvent être pris de panique dans des lieux bondés (à la limite de l’agoraphobie). Par exemple un stade plein de monde, les mouvements de foule de type manifestations, centres commerciaux, etc.

Les environnements remplis de monde, fermés, avec des lumières artificielles et des bruits sourds ou trop forts le submergent, le fatiguent. Et peuvent parfois même le mener à une crise d’angoisse.

Gustave Flaubert disait :

Je suis doué d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.


C’est pourquoi une remarque totalement anodine pour vous, peut le blesser profondément et il va la ruminer longtemps après.

Autre conséquence de ces perceptions amplifiées, es hypersensibles peuvent être pris de panique dans des lieux bondés (à la limite de l’agoraphobie). Par exemple un stade plein de monde, les mouvements de foule de type manifestations, centres commerciaux, etc.

Les environnements remplis de monde, fermés, avec des lumières artificielles et des bruits sourds ou trop forts le submergent, le fatiguent. Et peuvent parfois même le mener à une crise d’angoisse.


Mais comment reconnaître l’hypersensibilité ?

Les principaux critères de l’hypersensibilité

Il s’agit donc d’un fonctionnement particulier cérébral et neuro-sensoriel qui se manifeste différemment au niveau cognitif, kinesthésique, social, émotionnel et créatif.

Sur le plan cognitif

Les pensées de l’hypersensible fonctionnent en arborescence. Une idée en amène une autre puis une autre et encore une, faisant oublier la première. C’est pourquoi il est plus difficile pour un hypersensible de se concentrer sur une seule tâche ou un sujet. Il est constamment assailli d’informations, d’idées et de pensées.

En sachant cela, vous comprendrez mieux ce que vous pouvez prendre pour de la dispersion ou un manque d’intérêt si vous parlez à un hypersensible d’un sujet et qu’il bifurque sur autre chose. C’est tout simplement parce que, ce que vous lui avez dit lui fait penser à autre chose !

Sur le plan émotionnel

L’hypersensibilité se double dans la majorité des cas (mais pas toujours) d’une hyperempathie qui transforme l’hypersensible en éponge émotionnelle.

Cela en fait une personne particulièrement à l’écoute et soucieuse du bien-être des autres. Parfois cela l’entraîne même à taire ses propres besoins et désirs en faisant passer les souhaits de l’autre d’abord.

Malheureusement cette empathie que j’appelle avec don de soi – voire abandon de soi – n’est pas sans conséquence. L’hypersensible peut dans ce cas avoir le sentiment de subir sa vie, d’être souvent fatigué et de vivre des relations professionnelles, amicales et amoureuses déséquilibrées dans lesquelles il donne plus qu’il ne reçoit.

Au niveau émotionnel, l’hypersensible-hyperempathique est une véritable éponge. Il peut pleurer facilement ou avoir la larme à l’oeil même devant le plus banal des téléfilms. Cela peut lui rendre également insupportable les scènes de violence, les conflits et les tensions que ce soit bien réels dans la vie ou ne serait-ce que dans un film. Lorsque vous lui racontez vos malheurs, si cela lui fait penser à quelque chose qu’il a vécu du même registre, il va faire le parallèle. Vous pourriez penser qu’en ramenant ainsi le sujet à lui, il est auto-centré. En fait c’est sa façon de vous montrer qu’il vous comprend et partage ce que vous vivez.
Il y a quelques années la chanteuse Camille chantait “Je vais prendre ta douleur”. C’est exactement le souhait profond des hyperempathiques. Souvent mal compris et pris pour des petites choses fragiles. Ce qu’elles ne sont pas. Car ressentir fortement les émotions et se sentir concernés par le malheur des autres et vouloir les aider est je trouve une merveilleuse qualité humaine. J’aime à penser que l’on a plus besoin de ce type de fonctionnement dans notre monde que d’indifférence ou de jugement. Mais ce n’est que mon avis d’hypersensible-hyperempathique !

copyright : Yann Arthus Bertrand – La Terre vue du ciel

Sur le plan kinesthésique

Les 5 sens de l’hypersensible sont très développés (et même pour certains le 6ème) :

  • l’ouïe
    D’un certain côté, des sons particuliers ou volumes sonores peuvent être insoutenables. Et même lui donner une sensation d’oppression physique à la limite du supportable.
    De l’autre, beaucoup de musiciens (et notamment ceux qui ont l’oreille absolue) sont des hypersensibles.
  • la vue
    Nombre d’hypersensibles sont sensibles à la lumière. Ils ont besoin de vivre dans des environnements très lumineux avec des grandes ouvertures de lumière (comme des baies vitrées et un environnement plus ensoleillé que gris).

    En même temps, ils supportent moins le soleil direct. Il n’est pas rare de voir un hypersensible porter des lunettes de soleil toute l’année, même en ville et en plein hiver.

    Les photographes et les personnes qui font le choix de lunettes de vue qui se teintent progressivement ont assurément une hypersensibilité visuelle.

  • L’odorat est également souvent plus développé, rendant certaines odeurs (métro des grandes villes par exemple) très incommodantes.

    Les personnes hautement sensibles peuvent avoir une mémoire olfactive impressionnante. Il n’est pas rare de compter des hypersensibles dans les métiers de création de parfum (les fameux “nez”) et chez les oenologues par exemple.

  • Le toucher est un grand classique de l’hypersensibilité.
    Vous connaissez quelqu’un qui coupe systématiquement les étiquettes intérieures de tous ses vêtements ? Ou qui valide l’effet du vêtement et du tissu sur sa peau avant de l’acheter comme critère essentiel de son choix ? Bingo, vous avez repéré un hypersensible !

  • Le goût peut également être plus développé.
    On compte donc nombre d’hypersensibles parmi les créateurs culinaires, les cuisiniers et les… gourmets !



    Tous les hypersensibles ne cochent pas forcément ces 5 cases sensorielles, mais dans la majorité des cas plusieurs d’entre elles. Avec souvent une ou deux en “majeure(s)”.

Sur le plan de la créativité

Une créativité foisonnante est également un trait spécifique de l’hypersensibilité. Si l’on pense tout de suite aux artistes et artisans (comédiens, chanteurs, peintres, potiers, fleuristes, etc.), on oublie que le processus créatif n’est pas forcément toujours artistique.

La créativité c’est aussi trouver une solution innovante ou différente, inventer, voir les choses sous un autre angle. On compte d’ailleurs beaucoup d’hypersensibles parmi les inventeurs célèbres : Einstein, Léonard de Vinci, Isaac Newton, etc.

Sur le plan du lien social

L’hypersensible a besoin de tisser des relations authentiques. D’être en interaction avec des personnes qui vivent et incarnent les mêmes valeurs que lui.

Vous le verrez souvent prendre La Défense d’une cause avec beaucoup d’énergie et de conviction. C’est que l’injustice, la fausseté, l’hypocrisie et la déloyauté lui sont insupportables. Utopiste direz-vous ? Il ne voit pas les choses ainsi. Pour lui c’est naturel et complètement viscéral.

Il ne comprend pas le fonctionnement de l’hypocrisie et de la déloyauté. Naïf dites-vous ? Je ne sais pas. En revanche, c’est souvent une proie facile pour les manipulateurs et les pervers narcissiques.
Il n’est malheureusement pas rares de compter parmi les enfants harcelés à l’école, des jeunes hypersensibles repérés comme des cibles faciles par leur harceleur. Les groupes de paroles des parents ayant perdu un enfant qui s’est suicidé à la suite de harcèlement témoignent de traits de l’hypersensibilité chez leur enfant.


Ce type d’information fait partie de mes motivations à mieux faire connaître l’hypersensibilité. Pour ceux qui le sont et l’ignorent pour qu’ils apprennent comment ils fonctionnent, l’apprivoisent et l’équilibrent pour ne plus en souffrir. Et pour faire connaître aux normosensibles que l’hypersensibilité n’est pas une maladie psychologique, ni un fonctionnement bizarre à faire cesser rapidement.

Son hyperempathie lui confère un système de valeurs très développé, qui a une place centrale dans sa vie. On compte beaucoup d’hypersensibles dans les métiers dits aidants (infirmières, naturopathes, etc.) et également en politique (pour défendre une cause qui le dépasse) ou dans le militantisme.

Surtout dans des causes altruistes comme l’écologie ou de défense des inégalités (raciales, de genre) comme le mouvement féministe et celui #metoo.



L’hypersensibilité est d’abord vécue comme un fardeau. Alors que les hypersensibles ont beaucoup à apporter au monde, aux groupes et aux organisations.
Leur capacité à penser “out of the box”, à trouver des solutions différentes (et donc à créer des façons de faire différentes) et à aplanir les tensions en font des membres utiles au sein d’une équipe.

Déjà les “guetteurs-éclaireurs” de l’époque des cavernes, c’est-à-dire ceux qui sentent le danger arriver sur la base de leur ressenti ou de leur intuition étaient essentiels à la survie du groupe. Ils étaient aussi ceux qui trouvaient les plantes médicinales et savaient soigner.


L’Histoire et la littérature regorgent d’hypersensibles célèbres : les druides, les herboristes, les inventeurs, les grands peintres, les auteurs, les militants contre l’injustice ou pour l’écologie.

A la lumière des critères que je vous ai décrit, vous pouvez maintenant vous amuser à reconnaître autour de vous des hypersensibles connus (réels ou personnages fictifs) !


Je vous donne quelques exemples, à vous d’en trouver d’autres et à les citer en commentaire de cet article !


Cyrano de Bergerac
Stephan Zweig
Greta Thunberg
Martin Luther King
Carl Jung
Marion Cotillard
Marcel Proust
Thomas Mann
Emma Watson
Mozart
Frédérique Bel


Si vous pensez vous reconnaître (ou si vous avez reconnu quelqu’un de votre entourage) et que vous souhaitez en savoir plus sur le sujet de l’hypersensibilité, je vous invite à :

une Masterclass gratuite Mercredi 13 Octobre à 18h30
L’hypersensibilité, chance ou fardeau ?

J’y aborderai les pistes et les solutions pour équilibrer et aligner son hypersensibilité. Quitter les aspects qui font souffrir, volent toute l’énergie et peuvent mener au burn-out. Pour vivre son hypersensibilité comme une force, en étant aligné avec ses besoins, valeurs et fonctionnement spécifiques.

Il suffit de vous inscrire ici.

Pour vous remercier de votre participation à cette Masterclass, je vous enverrai également le test exclusif que j’ai crée qui vous permettra de valider si vous êtes hypersensible et quel type d’hypersensible vous êtes.



2 Commentaires

Commenter