Dans les pas d’une foodista à Marseille et Saint-Tropez {Le sud et son parfum de fleur d’oranger}

S’il y a une année où il faut visiter Marseille, c’est bien en 2013, car Massilia la légendaire Porte vers l’Orient est en 2013 la Capitale Européenne de la Culture.




L’urbanisme certes toussote toujours un peu mais la cité phocéenne a dans son panier (jeu de mots maître Capello) des trésors culturels à partager !

Le programme des festivités, lieux et événements à visiter que je vous laisse découvrir par ici. 




Pour ma part je vous propose de suivre ma little spoon (tels les parapluies dressés des guides en tête des visites guidées et autres voyages organisés) qui va vous emmener dans de délicieuses adresses marseillaises pour reprendre des forces entre 2 visites culturelles pour découvrir le patrimoine sucré local !




Ca ne vous fait pas penser à un gros gâteau? #obessionsucrée





Le Panier, l’un des plus « vieux » quartier de Marseille est sûrement l’un de mes préférés (avec l’Estaque)

C’est un peu comme si le temps s’était arrêté, le linge sèche toujours aux fenêtres et l’on ne serait -presque- pas étonnés de voir Panisse et Marius discuter au détour de la prochaine ruelle. 




On se sent ailleurs, déconnectés du temps et aussi très loin car dans aucune autre grande ville de France on ne croise l’intimité des habitants séchant au nez des passants à part ici! 

Et cela contribue indéniablement au charme de ce quartier sur lequel la « vie moderne » ne semble presque pas avoir de prise, pour notre plus grand plaisir ! 




Pas étonnant que la série phare de France 3 prenne racine dans ces ruelles et places.




Que peut-on donc déguster de si typique dans ce quartier? Commençons par les Navettes des Accoules.


Il s’agit des biscuits emblématiques de la ville. 



Forcément mon penchant pour la fleur d’oranger m’a immanquablement fait tomber le nez la première dans un sachet de navettes! Si vous passez par là, il faut absolument que vous les goutiez (et accessoirement vous pouvez même m’en ramener un petit paquet svp!)






Puis remontez Place de Lenche où trône le Glacier du Roi !

Franco-italienne, Florence, suite à la perte de son emploi, fait le choix d’une reconversion professionnelle à 180°. Pour retrouver le goût des glaces italiennes de son enfance passée en Toscane, elle va se former de l’autre côté des Alpes et ouvre sa boutique-salon de thé à Marseille où elle a posé ses valises. 




Les glaces - faites sur place dans le laboratoire que l’on peut voir de l’autre côté de la vitre - à base de produits AOP choisis minutieusement pour leurs qualités et origines vous blufferont tant leurs parfums sont fidèles au goût originel du fruit et ne comptent aucun arôme artificiel dans leur composition : cacao 70%, crème fraîche de Bresse, noisettes du Piémont, pistaches de Sicile…



Pour exemple, normalement je n’aime jamais la glace à la pistache parce qu’elle est aromatisée, mais là j’ai retrouvé le vrai goût d’une pistache, étonnant! 

LA glace qui vaut le détour et qui pour m’a fait écarquiller les yeux tellement j’étais surprise et enchantée est la glace à la navette, création originale de ce glacier! Si vous venez juste de goûter en contre-bas une navette des Accoules, la justesse de la ressemblance vous frappera !

Si la liste des parfums est longue attention, ici on utilise que les produits frais et de saison donc non on n’y trouve pas toute la carte toute l’année dans les bacs CQFD!






Et si vous avez envie de poursuivre le voyage avec moi (comme je l’ai fait en Mai dernier), quittons Marseille et prenons la route vers l’Est, mais toujours en bordure de mer, car j’ai autre chose dans mon panier pour vous! Avec cependant un dénominateur commun…la fleur d’oranger!

Prenez la direction de Toulon, continuez, longez la presqu’île et traversez Sainte-Maxime, jusque cette fameuse plage abandonnée…coquillage et crustacés …. à Saint-Tropez!




Marseille est loin, le charme du sud opère toujours et la faune bigarrée que l’on croise par ici est un spectacle vivant étonnant. 

Heureusement pour moi, j’ai eu la chance d’y séjourner en Mai et je pense bien que la ville offre les meilleurs de son charme dans ces conditions.


Vous avez déjà sûrement entendu comment le fameux M. Micka (non ce n’est pas le père du chanteur!) d’origine polonaise crée une tarte garnie d’une crème, inspirée d’une recette de son pays natal (je comprends mieux maintenant pourquoi c’est l’un de mes gâteaux préférés et qu’on s’en régale quasi religieusement dans ma famille paternelle d’origine polonaise!) qui régala Roger Vadim et Brigitte Bardot lors du tournage Place des Lices du film Et Dieu créa la femme.

Sur leur conseil il rebaptise sa création la tarte Tropézienne et telle BB à l’époque, a star is born!!




Depuis peu on peut la goûter à Paris, mais le must reste de la déguster sur place (entre l’heure du marché place des Lices et de l’apéro sur le Port)
Pour les juilletistes, il est temps de faire vos bagages pour partir en vacances, si vous passez vers Marseille et St trop’, pensez-à moi et surtout régalez-vous!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 mots craquants sur “Dans les pas d’une foodista à Marseille et Saint-Tropez {Le sud et son parfum de fleur d’oranger}

  1. Han toutes les adresses que j&#39;aime sur marseille :) Ca va me motiver pour faire l&#39;articles sur mes vacances. Tes photo sont superbes.Tu as largement eu meilleurs temps que moi!<br /><br />Juste pour info les &quot;vraies navettes&quot; c&#39;est celle de l’abbaye de saint Victor. Au four à navettes :) Mais bon &quot;vraie&quot; ne veux pas dire meilleurs après tout n&#39;est que question

Laisser un commentaire