Category Archives: green

Poke bowl {Prononcez pokaï comme à Hawaï}

Le poke bowl fleurit partout. Il est dans le top actuel de la branchitude des plats healthy chez les it-girls de New-York, de Los Angeles et…de chez vous of course ! Où que vous habitiez, ne pensez pas un instant y échapper ! Il faut que vous le goûtiez pour savoir si vous aussi vous en deviendrez toqué(e) !

Mais avant de le manger on apprend à le prononcer. Je suis récemment tombée sur le sous-titre d’un livre de cuisine qui y est entièrement consacré  et qui précise : « Prononcez Pokaï comme à Hawaï » !  J’ai trouvé ce moyen mémo technique drôle, terriblement efficace et avec cette pointe d’exotisme qui invite au voyage. Vous pensez Poke bowl et paf vous êtes sur la plage de sable fin à l’autre bout de la planète.

Je n’ai forcément pas résisté à une telle promesse. Je me suis préparée un poke bowl et paf, j’ai pris un billet pour l’autre bout du monde.
Pas pour Hawaï, mais pour une belle destination tout aussi paradisiaque, à laquelle je rêve depuis 20 ans. Promis, je vous emmènerai avec moi et vous pourrez bientôt suivre cela sur Instagram.

Il aura fallu un poke bowl (et quelques autres petites graines et autres coups de pouce placés sur mon chemin) pour me faire franchir le pas.

Alors pour me préparer psychologiquement à switcher en mode sea, sun & sand , je me concocte des poke bowl aussi rapides et simples que délicieux.

Le plus long c’est bien simple, c’est de faire cuire le riz !

Poke bowl

La base de ce plat hawaïen est simple :

– du saumon ou thon frais mariné dans une sauce maison à partir de sauce soja
– de l’avocat
– des légumes croquants
– du riz

Voici, celui que je me prépare en attendant de m’envoler pour ma destination exotique de rêve.

INGRÉDIENTS par poke bowl
1 darne de saumon frais
Radis rose
Edamame (chez Picard)
1/2 concombre bio
1 avocat
1 citron vert
Sauce soja (sans gluten pour moi)
Coriandre fraîche bio
Gomasio (en magasin bio)
Gingembre frais
Au choix : navet, radis noir, betterave chioggia, etc.
Une dose de riz (complet et bio pour moi)

USTENSILES
Un bol
Une planche à découper
Une casserole
Une passoire
Un couteau d’office
Un presse agrumes
Une petite râpe

PRÉPARATION

Faire décongeler les edamame. Ecosser-les et réserver au frais.

Couper le poisson en cubes de 2 cm sur 2. Le faire mariner dans la sauce soja, le gingembre épluché et râpé  et le jus d’1/2 citron vert. Réserver au frais 30 minutes.

Faire cuire le riz en respectant la durée adaptée au type de riz choisi.

Pendant ce temps laver, couper et épépiner le concombre.

Couper l’avocat en 2 puis en fines tranches. L’arroser du jus du citron restant.

Laver et couper en fines tranches les radis et légumes croquants de votre choix.

Laver, essuyer et couper les feuilles de coriandre fraîche.

Egoutter le riz et le verser dans le bol. Ajouter le poisson et les légumes. Napper du reste de la marinade. Ajouter la coriandre et le gomasio.

Déguster et voyager avec votre bol !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nana Ice Moringa Framboise {Jouez et créez votre propre recette à base de Moringa !}

Tiguée, je suis tiguée…  Vous ne voyez pas de quoi je parle ? C’est le stade après fatiguée, quand on n’a même plus la force de prononcer le fa de fatiguée…Il faut dire que ces 8 derniers mois, j’ai enchaîné 2 missions professionnelles. Mission veut dire découverte de nouvel environnement professionnel, de postes, organisations, méthodes, secteurs, enjeux, process différents et travail non-stop parce que forcément si on a besoin de mes services pour une mission, c’est pour un projet précis, toujours important, souvent urgent donc ça rime rarement avec vacances ou même RTT (même pas une demie-journée, allez zou au turbin et qu’ça saute !). Je précise tout de suite que je suis ravie de travailler (parce que le chômage on peut dire clairement que j’ai déjà donné) et que ce mode de fonctionnement façon « consulting » est aussi riche en découvertes et stimulante intellectuellement pour la peine que l’on soit un peu curieux et souple.

Mais l’hiver aidant, les trop courts congés d’été (6 microscopiques jours, glurps) sont si loin, la pression des missions, les temps des transports urbains, la recherche perpétuelle de la mission suivante et la double activité pro et blog (celui qui me fera vous laisser tomber et laisser tomber le blog n’est pas né, on est bien d’accord !) font qu’au final j’accuse en ce début Mars une forme un peu moins pétillante et bondissante qu’à l’accoutumée.

Je ne sais pas si vous en ce moment vous « pétez le feu » et si vous avez une méthode miracle pour tenir bon ? Personnellement j’ai testé quelques méthodes pour retrouver de l’énergie à court et moyen terme.

Je vous ai déjà parlé des super aliments par ici : parfois ils sont exotiques et parfois ils poussent dans votre jardin ou pas si loin ! Ils apportent un concentré de nutriments et constituent des soutiens sains et naturels que l’on soit en petite forme (journées à rallonge, déplacements, convalescence, sortie de l’hiver, etc) ou carencé pour une raison ou une autre.

Celui que je vous présente aujourd’hui est le Moringa. Je l’ai découvert il y a 1 an et je dois vous dire que cette petite poudre verte c’est de l’or en barre (euh non, en poudre !). 1 an de découverte pour moi pour cette poudre qui pourtant se trouve dans les plus anciens traités d’Ayurveda qualifiée par les sages indiens (Rishis) comme « la plante qui guérit 300 maladies » !

Moringa NanaIce

 La feuille de moringa est particulièrement recommandée pour équilibrer les doshas Vata et Kapha mais ses vertus médicinales innombrables font d’elle un super aliment à consommer par tous.

Parmi les maux qu’elle soulage, on relève (liste non exhaustive):
– migraines
– maladies infectieuses
– douleurs inflammatoires
– arthrite
– rhumatisme
– épilepsie
– déficience du système neurologique, nerveux ou immunitaire
– faiblesses du foie
– infections gastro-intestinales
– ulcères
– diabète
– anémie
– asthme
– hypertension
– fatigue…

Ses valeurs nutritionnelles : très riche en protéines, elle apporte également force de magnésium, calcium, fer, potassium, vitamines C, B2 et A.

Le Moringa est reconnu pour être le légume terrestre le plus complet et équilibré en micro nutriments, acides aminés et antioxydants, c’est dire !

Et comme il se « cuisine » vous pouvez facilement le glisser dans votre alimentation. Il n’a pas une saveur très forte et l’odeur ressemble à l’herbe de blé déshydratée. Je recommande donc plus de le cuisiner que de le prendre pur ou dans un verre d’eau.

Côté effet, je dois vous dire sincèrement (je n’ai pas été rémunérée par la marque pour vous vanter ses mérites !) que sur moi le moringa est le super-aliment le plus puissant que j’ai testé et qui me correspond le mieux. Bien entendu le guarana aussi dans son genre (stimulant physique et intellectuel parfait les jours de fatigue aiguë quand un effort intellectuel est attendu)  me fait un effet boeuf quasi immédiat.
Mais je dois dire que pour les effets sur mes soucis digestifs, le moringa agit comme une solution miracle, l’énergie en plus.

Au point d’en devenir ma drogue ? Pas loin !! Vous n’aurez pas besoin de réaliser un rail avec une carte de visite pour le sniffer, j’ai plusieurs recettes sous le coude pour vous !

La première recette est une NaNa Ice bi-goût : moringa-framboise. Vous avez déjà fait connaissance par ici avec la Nana Ice ! Voici sa version verte et rose !

Moringa NanaIce

INGREDIENTS pour 2 personnes/verrines

3 bananes congelées
1 kiwi
1 CC de Moringa
2 CS de sirop d’agave ou d’érable
1 cup de framboises (surgelées ou non)

 

USTENSILES

Robot-coupe de qualité : Magimix pour moi
Spatule
Verrine

PRÉPARATION

C’est exactement la même que dans ma recette de Nana Ice Cream à la mangue sauf que la première couche est réalisée avec la moitié des bananes, le moringa, le kiwi et tout le sirop d’agave ou d’érable.
J’ai ajouté une tranche de kiwi taillée en étoiles pour la déco avant d’ajouter la moitié framboise de la Nana Ice Cream.

Cette recette peut aussi bien se prendre en dessert qu’en petit-déjeuner (comme le font certains vegans) même si c’est moins dans les habitudes alimentaires françaises (on est loin du pain-beurre-confiture trempé dans le café au lait !).
Vous aimeriez le tester par vous-même ? J’ai une proposition honnête à vous faire : un jeu-concours en 2 parties !

PARTIE 1

1°) vous habitez en France métropolitaine ou Corse ;

2°) vous êtes abonné à la newsletter du blog (abonnement confirmé en cliquant sur le lien que vous recevrez par mail)  pour être sûr de ne rater aucune de mes recettes ni bons plans et si vous voulez, vous suivez et likez la page Facebook Moringa .

3°)  vous m’indiquez en commentaire ci-dessous sous quel nom ou pseudo vous êtes abonné à la newsletter pour que je vous retrouve et puisse valider votre participation et m’indiquer la raison pour laquelle vous aimeriez tester le Moringa.

Le 12 Mars, je tirerai au sort 10 commentaires parmi vous qui recevront un échantillon à tester dans une recette salée ou sucrée de votre réalisation. Et c’est pas fini !

PARTIE 2

1°) Après avoir reçu votre échantillon et réalisé votre recette, vous m’adressez par mail à faismoicroquer@gmail.com votre recette et votre photo de votre plat réalisé avec le Moringa avant le 5 Avril 2017. Je constituerai un album avec les 10 participations sur la page Facebook du blog.

2°)  Parmi vos participations, je désignerai 2 gagnants qui emporteront chacun un lot d’une valeur de 100€ composé de produits de la gamme Moringa, de 2 entrées au salon Veggie World qui se tient à Paris les 22 et 23 Avril et un atelier culinaire animé par la Naturopathe Hélène Colan, spécialiste de la cuisine des super aliments (dates de l’atelier à la convenance des gagnants et des dates d’ateliers programmés sur Paris).  Lot susceptible d’être modifié par le partenaire.

moringa

 

moringa

Bonne chance à tous et que le Moringa soit source d’inspiration, de force et de vitalité !!

 

Moringa NanaIce

 

 Les 2 gagnants parmi les recettes réalisées sont Anne-Laure et Cookie M !

Transmettez-moi vite vos coordonnées à faismoicroquer@gmail.com pour recevoir votre lot Moringa & Co !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soupe à la patate douce, coco et poireaux {Spéciale sports d’hiver}

En cette saison de ski, je dédie cette recette de soupe de patate douce, carotte, coco et poireaux à tous ceux qui dévalent les pistes, à tous ceux qui en rêvent et à tous ceux …. à qui ça ne manque pas trop en fait !

Soupe poireaux coco patate douce
Pour ma part, j’ai une relation particulière aux sports d’hiver. Pour le bon côté, ils me rappellent les colonies de vacances d’hiver que je passais dans mon enfance et adolescence toujours avec la même bande de copains. J’aime l’ambiance nature, conviviale, sportive et terriblement dépaysante. J’aime les stations arborées et boisées, à taille humaine et plutôt sans voiture. J’aime l’esprit de bande de potes ou de famille car c’est un type de séjour que l’on partage forcément à plusieurs. J’aime ces pauses au soleil dans un transat que ce soit pour le déjeuner ou siroter une boisson chaude et ce contraste chaud-froid revigorant. J’aime l’ambiance boîte de nuit en plein air de certaines stations. J’aime les sapins enneigés, le silence (ou je sais ça peut paraitre paradoxal avec le son à fond des animations façon boîtes de nuit mais j’apprécie les 2…à des moments différents !) la luminosité, les odeurs, le bruit de la neige sous les pas, les feux de cheminée et les paysages à couper le souffle. J’aime la sensation de glisse et de liberté. Et skier entre les arbres dans les petits chemins en prenant le temps d’admirer la nature et se laisser glisser.

En revanche, j’ai vraiment besoin de voir l’horizon. Pour moi être au creux d’une vallée me donne un sentiment d’enfermement voire même de danger (je suis un peu claustrophobe sur les bords). Si en plus la station est bétonnée et les pistes justes d’immenses « boulevards » bondés c’est le pompon ! Je ne supporte pas la combo ski/chaussures qui pèsent une tonne quand en plus elles font souffrir mes tibias. Je ne suis pas assez bonne skieuse pour apprécier de skier dans le froid et sans visibilité et quand il neige… Je comprends bien que les professionnels du tourisme doivent « faire leur beurre » et que l’acheminement de tout produit ou denrée est plus coûteux, mais les prix exorbitants pratiqués m’ont longtemps fait fuir la semaine annuelle de ski bien trop onéreuse pour moi (qui préfère sans comparaison jouer les fourmis pour partir au soleil et à la mer) !

Cette année sans la disponibilité et le budget nécessaires pour des vacances en ce début d’année, la question des sports d’hiver ne s’est pas posée une demie seconde. Mais comme je regarde toujours le bon côté des choses, je suis un brin nostalgique de ce que j’apprécie le plus à la montagne. Alors pour « faire comme si » j’y étais, je me sers un bon mug de cette soupe fumante à la patate douce, carotte, poireaux et coco qui redonne des forces et est suffisamment rassasiante pour constituer à elle seule un repas du soir !

Soupe poireaux coco patate douce

INGRÉDIENTS
40 cl de crème de coco
2 patates douces
3 carottes
3 à 4 blancs de poireaux
1 oignon
Huile d’olive bio 1ère pression à froid
1 bouillon de légumes bio Bjorg pour moi sans huile de palme, sans additif glutamate et sans conservateur.
Poivre
Eau de Vichy Célestins

USTENSILES
Marmite
Mixeur plongeant ou blender à soupe
Couteau  d’office
Planche à découper
Passoire

PRÉPARATION

Eplucher et couper l’oignon en rondelles. Le faire dorer dans l’huile d’olive.

Couper le blanc de poireaux en tronçons et les rincer.

Eplucher les patates douces et les carottes les couper en cubes.

Ajouter les légumes dans la marmite et faire cuire à feu doux 10 à 15 minutes.

Recouvrir les légumes d’eau de Vichy Célestins, ajouter le bouillon. Faire cuire 20 à 30 minutes. Retire et mettre de côté quelques légumes.

Poivrer et ajouter la crème de coco avant de mixer. Servir bien chaud avec des morceaux de légumes pour ajouter « de la matière ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Veggie burger au quinoa, à la courgette, carotte, tofu et fêta {comfort veggie food}

Le Veggie Burger est l’un de mes meilleurs jokers quand je reçois des convives qui, comment dire…. ne sont pas très branchés healthy food.
Depuis mes premiers essais, j’ai nettement amélioré le concept en testant des galettes (ce qui remplace le steak haché dans le traditionnel Hamburger) aux goûts variés. J’ai aussi exploré des sauces et « garnitures » (légumes) pour trouver des combinaisons de saveurs et textures qui rendent le tout moelleux, avec des associations de goûts qui matchent bien ensemble et étonnent les non-habitués du burger végétarien.

Je suis donc toujours à l’affût de nouvelles idées et recettes de veggie burger à goûter. Lorsque je suis tombée sur la recette d’une galette veggie d’une consoeur blogueuse, Lemon & Sardine, j’ai eu l’eau à la bouche immédiatement et envie de la glisser dans mon prochain veggie burger ! Car c’est ça aussi le double effet Kiss Cool avec le Veggie burger, c’est d’avoir envie d’en manger souvent et des différents ! En tout cas moi, plus j’en découvre et goûte plus j’ai envie d’en manger encore et encore ! Il y a ce côté comfort food voire carrément l’esprit « fat food » sauf que c’est healthy, hehe !! De quoi en désarçonner plus d’un !

C’est d’ailleurs ce qui est arrivé au bon mangeur de viande, à qui j’ai fait goûter avec le tout premier veggie burger de sa vie !
Que celui qui ricane au fond en disant « et sûrement le dernier ! » ramène son assiette par ici car j’ai quelque chose à lui faire goûter : un veggie burger avec une galette courgette, carotte, quinoa, fêta, une crème d’avocat, de la tomate et des jeunes pousses !!

veggie burger
Moi je dis, avant de ricaner, faut regarder ce qu’il y a dedans :

INGREDIENTS

1 courgette
1 carotte
200 g de tofu ferme (en magasin bio ou au rayon frais de certains supermarché)
50 g de feta
100 g de mélange quinoa-boulgour Vivien Paille cuit (sinon 50gr de chaque)
2 oeufs
2 cui à soupe bien bombées de farine de votre choix (pour moi une farine à teneur faible en gluten)
1 cc de curcuma
1 cc de cumin en poudre
Sel, poivre
Coriandre fraiche
Huile d’olive bio 1ère pression à froid
1 avocat
Jeunes pousses
Pain à burger (sans gluten pour moi)
1/2 citron
1 tomates

veggie burger

USTENSILES

Emporte pièce rond
Râpe à légumes ou robot multi-fonction
Saladier
Fourchette
Presse agrumes
Couteau
Planche à découper
Balance de cuisine

PREPARATION

Pour la galette, je vous invite à suivre les recommandations de Lemon & Sardine pour sa recette.

Comme vous le constaterez par vous-même, j’ai légèrement modifié les ingrédients (par exemple ne digérant pas l’ail sous aucune forme, je l’ai donc éliminé et je remplace toujours le curry par le curcuma que je lui préfère) et réalisé la forme des galettes avec l’emporte pièce rond pour former des galettes bien nettes comme vous le voyez sur mes photos.

Ecraser la chair de l’avocat à la cuillère, l’arroser du jus de citron, saler et poivrer. Laver et rancher la tomates. Faire toaster les pains à burger (10 minutes à 170°C au four)

Pour l’assemblage :
– Une couche d’avocat écrasé
– Une galette
– les rondelles de tomates,
– Les jeunes pousses
– Le tout entre les 2 buns du pain à burger.

Pour ma part j’aime déguster mon veggie burger avec des frites de légumes et une salade verte en accompagnement !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Velouté de brocolis vegan {le retour de flamme de la Saint Valentin}

Le brocolis et moi, c’est une vieille histoire qui remonte loin et même très loin. Je me souviens de cette époque étudiante (loin, j’avais prévenu !) où je me régalais d’une escalope milanaise maison servie avec des tagliatelles fraîches et des brocolis vapeur. J’adorais ce plat (de fête pour mon budget de l’époque) et c’est vrai que l’association brocolis et pâtes est longtemps restée dans mes habitudes culinaires.

Et puis, comme ça, sans crier gare, sans qu’aucun grief ou mot plus haut que l’autre n’ait été prononcé d’une part ou de l’autre, un jour, le brocolis et moi c’était fini. Il n’y avait plus rien à faire, l’amour était mort, tout-tout-tout était fini entre nous. Point de réconciliation possible en vue, aucun conseiller conjugal n’aurait pu prolonger notre idylle. C’était mort de chez mort.
Juste un dégoût pour l’odeur et ne serait-ce même qu’à l’évocation du nom de ce pauvre petit frisé verdoyant que j’ai du coup délaissé pendant des années sans même me retourner. Je l’ai bien vu me faire de l’oeil dans l’étal de mon maraîcher et au marché mais franchement mon coeur restait de marbre. J’avais oublié jusqu’aux souvenirs des bons moments partagés ensemble. Je regardais devant moi, laissant le passé au passé.

Et pourtant, alors que je m’y attendais le moins, et que je ne pensais plus jamais à lui, tout d’un coup le désir est revenu – et le plaisir aussi ! Peut-être parce que comme le dit ce bon vieux Francis C. : « quand j’aime une fois, j’aime pour toujours » ? Si dans l’amour il y a souvent parfois du désamour, il y a pourtant dans d’improbables cas quasi désespérés, un retour possible (personnellement je préfère et mise quand même plus sur le retour de flamme pour un légume que pour un ex).

Me voici donc de nouveau en amour pour ce légume de la famille des crucifères, riche en vitamines C, à l’indice glycémique faible, dont les propriétés anti oxydantes lui confèrent des atouts préventifs des maladies cardio-vasculaires, chroniques ou des cancers (mais pourquoi m’être privée de tant de bienfaits pendant toutes ces années, franchement ?!!).

Il faut quand même que je vous dise que c’est une recette en particulier qui m’a réconciliée avec le brocolis : celle d’un velouté vegan, revelé avec de la coriandre !

veloute brocolis

La douceur de ce velouté n’est pas sans rappeler la soupe de courgettes pour celles et ceux qui sont adeptes de cette recette familiale dont le velouté doit beaucoup à ce fameux fromage fondu que l’on ajoute à la fin et que j’ai végétalisée dans une version vegan et rafraîchissante ici.

Pourtant vous me direz que si je compare le brocolis avec la courgette c’est un peu comme j’appelais mon mari, du prénom de mon amant ! C’est aussi embarrassant que cocasse mais ça fleure quand même bien la scène de ménage et la vaisselle cassée ! Je vous rassure je n’ai ni mari ni amant (je tiens trop à ma vaisselle !) mais dans mon subconscient et dans cette histoire j’ai peut-être longtemps « trompé » inconsciemment le brocolis avec la courgette et maintenant que tout le monde est réconcilié, nous sommes tous … de très bons et vieux amis (n’imaginez rien de scabreux entre ma soupière, le brocolis et la courgette, bande de lubriques des fourneaux !).

Et pour assouvir néanmoins votre curiosité je vous livre LA recette de la réconciliation  !

INGRÉDIENTS
1 brocolis
Lait de soja (ou lait végétal) non sucré
1 oignon
2 CS d’huile d’olive
Crème de soja semi-épais
Coriandre en poudre
Sel, poivre
Bouillon de légumes bio sans huile de palme et sans additif glutamate comme le bouillon cube Bjorg par exemple
Coriandre fraîche
Amandes

USTENSILES
Marmite
Couteau d’office
Planche à découper
Robot mixeur plongeant (ou blender à soupe)
Passoire
Mortier
Louche
Spatule

PRÉPARATION

Couper les bouquets de brocolis et les rincer.

Emincer l’oignon et le faire dorer dans l’huile d’olive.

Ajouter les têtes de brocolis et les faire cuire 5 minutes.

Couvrir de lait végétal, ajouter les aromates, le bouillon de légumes et laisser cuire 15 minutes à feu doux.

Concasser les amandes. Laver et essuyer la coriandre fraîche.

Mixer et servir chaud en nappant de crème de soja et en décorant de feuilles de coriandre et d’amandes concassées.

Joyeuse Saint-Valentin à toutes et à tous, que vous soyez en couple avec un brocolis, amoureux d’une courgette ou….seul(e) avec votre soupe !

Rendez-vous sur Hellocoton !